Meurthe et Moselle
Partager
S'abonner
Ajoutez IDJ à vos Favoris Google News

Pesticides : l’UFC-Que Choisir de Nancy dit non à la charte

Le 15 mai 2020, IDJ a publié un article relayant les inquiétudes de l’UFC-Que Choisir de Nancy sur le risque de réduction des distances d’épandages à proximité des habitations. Aujourd’hui, l’association de défense des consommateurs rejette le projet de

Difficile cohabitation entre agriculteurs et défense de l’environnement (wkipedia common)

Dans un communiqué, l’UFC-Que Choisir de Nancy que préside Jacques Fleury et dont André Ensminger est référent environnement de l’association constate que leurs inquiétudes étaient fondées puisque la « charte d’engagement lors des utilisations agricoles des produits phytopharmaceutiques » élaborée par les juges et parties que sont les représentants du milieu agricole, présente de nombreuses lacunes et fera subir aux habitants des zones concernées des risques forts sur leur santé à court, moyen et long terme.
L’association a « rédigé un avis argumenté négatif que communiqué dans le cadre de l’enquête publique qui s’achevait le jeudi 25 juin. En voici un résumé.

Juge et partie

« Ce projet de charte présente beaucoup de manquements. Il se caractérise par une partialité (juge et partie) et un manque d’objectivité. Certaines des prescriptions énumérées sont très vagues ou trop générales, d’autres sont basées sur des données contestables ou sont carrément abusives. Le souci du « bien vivre ensemble », invoqué dans le paragraphe  »Objectifs », paraît difficilement crédible. Plusieurs des objectifs mentionnés (tels que « Répondre aux enjeux de santé publique… », « … l’engagement de l’ensemble des exploitants… à recourir aux bonnes pratiques de protection des cultures ») ne pourront pas être réalisés car contradictoires avec d’autres prescriptions de la charte ou en raison de nombreuses lacunes. Cette charte n’apporte guère de progrès par rapport aux pratiques antérieures. »

L’UFC-Que Choisir a adressé un courrier identique au Préfet de Meurthe et Moselle, à la Directrice de l’ARS et à la Direction départementale des Territoires.

A l’heure où l’actualité judiciaire aux États-Unis, et bientôt en France, met en avant les effets dévastateurs du Roundup lors de son épandage, nous ne comprenons pas que des décideurs valident une telle charte que beaucoup leur reprocheront à l’avenir.

 

Charte pesticides-Enquête publique

France,Grand Est,Lorraine,Meurthe et Moselle,