Un couple uni (joué par Ludivine Sagnier et Alban Lenoir) et trois enfants, dont l’aînée Gina jouée par Léonie Souchaud, mais une famille emportée par la tourmente de la maladie.

Un couple uni (joué par Ludivine Sagnier et Alban Lenoir) et trois enfants, dont l’aînée Gina jouée par Léonie Souchaud, mais une famille emportée par la tourmente de la maladie.

« La forêt de mon père », à la lisière de la folie

« Je reviens d’une certaine guerre », confie la réalisatrice Vero Cratzborn, dont le film est inspiré de sa famille et de la maladie de son père. Rencontre avec la réalisatrice ainsi qu’avec l’actrice Ludivine Sagnier.

1er rang :Prof. Pallage, Université du Luxembourg ; Prof. Schmitt, Universität de la Sarre ; Prof. Mutzenhardt, Université de Lorraine ; Prof. Jäckel, Université de Trèves ; Prof. Wolper, Université de Liège.

Un nouveau tandem à la présidence de l’Université de la Grande Région-UniGR

Réunis à l’Université du Luxembourg le 13 novembre 2019, les présidents et recteurs des universités membres de l’Université de la Grande Région ont dessiné les contours d’un avenir prometteur pour le groupement universitaire transfrontalier.

Cadre dans une compagnie de fret maritime, Frank (incarné par Olivier Gourmet) gère cargos par dizaines et containers par milliers depuis une plate-forme.

« Ceux qui travaillent » et les autres

« C’est un film qui renvoie à la moralité, qui pose la question de la virtualité, de la violence, dans une société mondialisée », précise Antoine Russbach, qui a réalisé un long-métrage d’une grande force, avec un impressionnant Olivier Gourmet en cadre licencié après « une faute grave ».

« Il a souvent l’air coupable, je voulais en faire un personnage ambigu, complexe », dit le réalisateur du personnage principal joué par Fabrizio Rongione (à droite).

« Il a souvent l’air coupable, je voulais en faire un personnage ambigu, complexe », dit le réalisateur du personnage principal joué par Fabrizio Rongione (à droite).

« Une part d’ombre » : faites entrer l’accusé

« Le plus important pour moi, c’est le procès social », confie le réalisateur belge Samuel Tilman, qui a tourné dans les Vosges une partie de ce polar psychologique.