Moselle
Partager
S'abonner
Ajoutez IDJ à vos Favoris Google News

Sarrebourg (57) : après la guerre électorale, les escarmouches judiciaires

L’installation du maire de Sarrebourg et de son conseil municipal auront lieu samedi 23 mai 2020 à 10 heures, sur les ruines encore fumantes de la guerre électorale. Le scrutin du 15 mars est désormais contesté en justice par Catherine Vierling et Fabien Kuhn, deux élus d’opposition.

Alain Marty réélu maire de Sarrebourg (57)

On se souvient de ces empoignades mémorables entre les trois candidats de droite aux élections municipales de Sarrebourg. Trois listes de droite se disputaient la mairie : Alain Marty (LR) maire depuis 31 ans a été réélu au premier tour avec près de 52% des suffrages, suivi par Catherine Vierling (25%) et Jean-Marc Weber (14%). Un outsider, Fabien Kuhn est venu jouer les trouble-fêtes en fin de campagne et sa liste a recueilli 7,7% des voix.
La campagne électorale fut marquée, notamment, par le « signalement » au procureur de la République de Metz, de Catherine Vierling. L’élue du Conseil régional Grand Est et candidate à la mairie de Sarrebourg, évoquait dans une lettre les nombreuses malversations présumées du maire sortant, Alain Marty et de son équipe. Elle parlait de prise illégale d’intérêts, de détournement de fonds publics et même de faveurs sexuelles, comme nous l’avons déjà écrit. Des faits si graves, s’ils étaient avérés, que le parquet de Metz a aussitôt ouvert une enquête préliminaire confiée à la gendarmerie.

Abstention record

Fabien Kuhn Sarrebourg
Fabien KUHN (photo officielle de la campagne)

Le scrutin du 15 mars s’est déroulé dans les conditions anxiogènes que l’on sait. Le coronavirus chinois qui rôdait (en Moselle plus qu’ailleurs, justement) a incité de nombreux électeurs à rester chez eux. Le taux d’abstention fut historiquement élevé : 60,84%. Ce qui a motivé la position de Fabien Kuhn, nouvellement élu, de demander officiellement, dès le 19 mars, la démission de l’ensemble du Conseil municipal et l’annulation du premier tour. Il considérant, comme Agnès Buzyn, que ce scrutin était « une mascarade ». S’en est suivie une correspondance aigre-douce entre le maire et l’élu d’opposition qu’on lira ci-dessous.

Trois arguments

Catherine Vierling
Catherine Vierling (DR)

Ce n’est pas tout. Ce même 19 mars, Catherine Vierling a adressé au tribunal administratif de Strasbourg une « protestation électorale » aux termes de laquelle elle demande « l’annulation du premier tour » de l’élection municipale et « l’inéligibilité d’Alain Marty ». L’élue qui a pris la tête de la liste « J’aime Sarrebourg » fait valoir trois arguments.
l- L’utilisation des moyens communaux à des fins de publicité de campagne électorale.
2- L’utilisation des moyens municipaux à des fins de financement de la campagne
3- Des irrégularité des supports de vote (bulletin de vote)
Catherine Vierling annonce dans son recours devant le T.A. de Strasbourg, qu’elle « produira ultérieurement un ou plusieurs mémoires complétant la présente protestation ainsi que les pièces prouvant les différentes infractions. » Ça va chauffer.

Avec 50 millions d’électeurs!

Il va donc y avoir de l’ambiance, samedi, du côté de Sarrebourg. Mais l’histoire n’est pas finie. Car Fabien Kuhn dont on connaît désormais les liens « affectifs » qu’il entretien avec le maire Alain Marty, a décidé lui aussi de déposer un recours en annulation de l’élection devant le tribunal administratif de Strasbourg. Il le fera « dans les cinq jours qui suivent l’installation du maire et de son conseil, comme le prévoit le code électoral » dit-il. Avec des arguments juridiques nouveaux.
En outre, Fabien Kuhn déposera une QPC (question prioritaire de constitutionnalité) avec l’association 50 Millions d’électeurs! dont nous avons beaucoup parlé ici.
A Sarrebourg, la guerre électorale n’est pas terminée. Les fusils restent à portée de main. Nous en reparlerons bien vite.

Correspondance entre Fabien Kuhn et Alain Marty

France,Grand Est,Lorraine,Moselle,