Jonathann Daval avoue tout

Au cours de la reconstitution du meurtre de son épouse, Alexia Daval, ce lundi matin à Gray-la-Ville (70) il a « admis la crémation partielle du corps ».

Alexia Daval, joggeuse disparue en Haute-Saône (capture Facebook gendarmerie)
Alexia Daval, joggeuse disparue en Haute-Saône (capture Facebook gendarmerie)

On se souvient de l’émotion suscitée à l’annonce de la disparition d’Alexia Daval, 29 ans, le 28 octobre 2017. Elle était partie pour un jogging matinal. C’est son époux qui a donné l’alerte en ne la voyant pas rentrer. Trois jours plus tard, le corps d’Alexia était retrouvé sans vie, en partie calciné, dans un bois, à quelques kilomètres du parcours qu’elle était censée avoir emprunté.
Finalement, le 30 janvier 2018, au terme de deux journées de garde à vue, Jonathann Daval, 34 ans, a fini par craquer. La procureur de Besançon, Edwige Roux-Morizot expliquait alors que le prévenu avait été mis en examen pour “meurtre sur conjoint” et encourt la réclusion criminelle à perpétuité. Elle a insisté sur le fait que la mort avait été donnée “volontairement et non accidentellement”.

Des coups violents

Jonathan Daval aux obsèques de son épouse (capture France 3 Bourgogne)
Jonathan Daval aux obsèques de son épouse (capture France 3 Bourgogne)

Pourtant, restait l’énigme de la crémation partielle du corps que Jonathann ne voulait pas reconnaître. Jonathan accusant tour à tour sa belle-famille et son beau-frère. Des accusations fantaisistes.
Ce lundi matin 17 juin 2019, au cours de la reconstitution des faits en présence des parents d’Alexia et de Grégory Gay, son frère, Jonathann a donc admis avoir non seulement tué son épouse mais avoir partiellement brûlé son corps dans un bois proche de Gray-la-Ville.
Le procureur de la République de Besançon a expliqué que la dispute du couple était due à un rapport sexuel que Jonathan avait refusé à Alexia. La dispute a ensuite dégénéré. Jonathann portant des coups violents à sa femme, jusqu’à lui donner la mort.
Il a ensuite chargé le corps dans son véhicule de service et s’est rendu à Bois d’Esmoulins où le corps d’Alexia a été partiellement brûlé. C’est là qu’il fut découvert sous des branchages.
« Nous voulions la vérité, nous l’avons eue » a déclaré Isabelle Fouillot, la maman d’Alexia. « Il a demandé pardon, mais il viendra plus tard. »Le procès aux assises pourrait avoir lieu vers la fin de l’année 2020.