Gilets jaunes : hommage aux gueules cassées

L’acte 12 des Gilets jaunes, ce 2 février 2019, était dédié aux blessés pendant les manifestations. Le bilan est lourd. Mais la baston continue.

Les Gilets jaunes à Nancy (DR)
Les Gilets jaunes à Nancy (DR)

Depuis le début du mouvement des Gilets jaunes et les manifestations hebdomadaires depuis le 17 novembre 2018, on compte environ 1.000 policiers et 1.700 manifestants blessés dont 69 grièvement atteints : mains arrachées, œil crevé, membres fracturés…
Jérôme Rodrigues, l’un des leaders du mouvement éborgné par un tir de LBD, le 26 janvier place de la Bastille à Paris, était en tête de cortège, ce samedi 2 février 2019. Portant un bandeau noir sur son œil blessé, vêtu d’un gilet jaune sur lequel apparaissent un lanceur de balles et une grenade barrés, Jérôme Rodrigues a pris la parole devant quelques milliers de personnes pour leur demander de faire le plus de bruit possible.
Derrière lui, de nombreux Gilets jaunes avaient également le visage barré d’un faux bandeau, à la manière des corsaires, pour rappeler qu’une vingtaine de manifestants, comme Jérôme Rodrigues, ont été blessés à l’œil par des tirs de LBD, ce arme redoutable utilisée par les forces de l’ordre et dont le Conseil d’Etat a validé l’utilisation dans les manifestations.

13.800 à Paris

A Paris, ce sont 13.800 manifestants qui ont été comptabilisés par le cabinet indépendant Occurrence alors que le ministère de l’Intérieur n’en dénombrait que 8.000. Comme toujours, des heurts se sont produits en fin de parcours, place de la République. Pavés et projectiles divers contre grenades lacrymogènes et tirs de LBD-40, le face à face a été violent. Comme à chaque fois, des casseurs, le visage dissimulé, ont brisé quelques vitrines et détruit du matériel urbain. Une vingtaine de personnes ont été interpellées.

« On lâche rien »

Des rassemblements ont eu lieu dans de nombreuses villes de France. Partout, des slogans hostiles aux forces de l’ordre. Mais aussi au gouvernement et à Emmanuel Macron. Le grand débat lancé il y a 10 jours ne calme pas la colère des Gilets jaunes. « On lâche rien » crie la foule. « Macron dégage ».
« Nous sommes toujours aussi motivés » explique cette dame en gilet jaune qui défile à Bordeaux au milieu de quelque 5.000 personnes.
A Marseille, à Toulouse, à Valence, à Evreux, où des incidents se sont déroulés et plusieurs véhicules incendiés, du nord au sud, de l’est à l’ouest, partout la même détermination des manifestants qui n’entendent pas lâcher la pression.

Cache-cache avec les CRS

A Nancy, il était environ 2.000 à défiler dans les rues du centre-ville. Mais les manifestants ont été repoussés à coups de lacrymos lorsqu’ils ont voulu passer par la place Stanislas. Les Gilets jaunes se sont alors dispersés dans les rues du centre-ville où ils ont joué à cache-cache avec les CRS. Plusieurs commerces ont dû fermer. Quelques interpellations en fin de journée.
A la tombée de la nuit, le calme était revenu dans la plupart des régions sauf à Paris où la situation restait tendue place de la République.
Mais d’ores et déjà les Gilets jaunes ont programmé une nouvelle journée d’action, le 9 février 2019. Ce sera la treizième !