France
Partager
S'abonner
Ajoutez IDJ à vos Favoris Google News

Municipales : le scrutin perturbé par le Covid-19

Le coronavirus chinois a joué les trouble-fête et plombé la participation à 54,5%. Mais la situation sanitaire n’explique pas la veste que prennent presque tous les candidats du parti présidentiel. Le second tour est remis en cause pour dimanche prochain.

Bureau de vote (DR)
Bureau de vote (DR)

Ce premier tour de l’élection municipale du 15 mars 2020 s’est déroulé dans le contexte très particulier de la crise sanitaire liée au Covid-19 qui a fait, aujourd’hui 120 morts en France. Les mesures de confinement annoncées par les autorités ont incité de nombreux électeurs à bouder les bureaux de vote. De sorte que l’abstention s’élève à un niveau rarement égalé de 54,5% dans l’Hexagone.
Le premier enseignement de ce scrutin est limpide et ne prête guère à contestation : la quasi-totalité des candidats LREM ou ayant le soutien des Marcheurs sont en difficultés voire éliminés. Pas étonnant, après la politique inacceptable du Président jupitérien depuis son élection en 2017, la gestion calamiteuse de la crise des Gilets jaunes et, surtout, la manière dont fut imposé le projet de réforme des retraites qui s’est terminé par le 49-3.

Hidalgo en tête à Paris

Le rejet présidentiel s’est donc exprimé dans les urnes, ce dimanche.
A Paris, où trois femmes faisaient la course en tête. La maire sortante, Anne Hidalgo (gauche) arrive largement en tête avec 30% des suffrages devant Rachida Dati (droite) 22% et Agnès Buzyn (Union du Centre, candidate du parti présidentiel) 17%. Les Verts de David Belliard (EELV) totalisent 11,5% et Cédric Villani, le mathématicien ancien ministre LREM plafonne à 6,7%.

A Lyon, les Verts arrivent en tête avec Grégory Doucet (29%) suivi par Les Républicains d’Etienne Blanc (16,5%) et l’Union du centre de Yann Cucherat (14,9%).

A Strasbourg, les Verts arrivent en tête avec Jeanne Barseghian (EELV) qui totalise 26,7% des suffrages suivis par le candidat du parti macroniste Alain Fontanel (20,6%), puis Catherine Trautmann représentant le parti socialiste (19,4%), puis Jean-Philippe Vetter (Union de la droite) avec 18,2%.

A Mulhouse, Michèle Lutz (divers droite) arrive en tête (33,66%) suivie de Loïc Minery (EELV) avec 22%, Lara Million (Divers centre) 20%.
A Nancy,
où le duel entre le maire sortant Laurent Hénart (Divers Centre) et Mathieu Klein (Divers gauche) était très attendu, c’est finalement le challenger et actuel président du Conseil départemental qui arrive en tête avec environ 38% des suffrages contre 35% au maire sortant, soutenu par le parti présidentiel LREM. Les Verts emmenés par Laurent Wattrin arrivent en troisième position mais loin derrière avec 11% environ des voix. Le deuxième tour va-t-il confirmer la tendance ?

A Metz, l’abstention bat des records absolus avec 66,57%. Ce qui pose d’ores et déjà un problème de légitimité. Comme attendu, c’est François Grosdidier (LR) qui arrive en tête de cette première consulation avec 29,76% des suffrages suivi, comme prévu, par la liste de Xavier Bouvet avec 24,97% puis de Françoise Grolet (RN) 11,79%. En quatrième position, le député LREM, Richard Lioger culmine à 7,16% des voix. Il arrive donc en quatrième position et ne peut se maintenir au second tour. Bref, le jeu reste ouvert pour le second tour, en dépit des apparences.

A Sarrebourg, en Moselle, où trois listes de droite se disputaient la mairie Alain Marty (LR) maire depuis 31 ans a été réélu au premier tour avec près de 52% des suffrages, suivi par Catherine Vierling (25%) Jean-Marc Weber (14%). La liste de Fabien Kuhn et Catherine Grosse a recueilli 7,7% des voix.

Au terme de ce premier tour de scrutin, et compte tenu de la crise sanitaire, de nombreuses voix ont demandé le report du second tour. La décision devrait être prise avant mardi 17 mars 2020.

Tous les résulats

 

Premier tour des municipales : les résultats (Ministère Intérieur)

France,