France

Retraites : Philippe annonce le retrait « provisoire » de l’âge pivot

Édouard Philippe, Premier ministre (photo officielle, Matignon)
Édouard Philippe, Premier ministre (photo officielle, Matignon)

 Au 38ème jour de grève des syndicats et après plusieurs journées de mobilisation, le Premier ministre vient de faire un pas en direction d’une sortie de crise. Encore que la formulation du texte reste confuse.

Alors que les manifestants battaient le pavé dans la Capitale comme dans de nombreuses villes de France, le Premier ministre adressait, enfin, une lettre (ci-dessous) aux leader syndicaux comme il l’avait annoncé la veille. Une lettre très longue où il est écrit, au point 4 : « C’est aussi la raison pour laquelle le projet de loi prévoira que le futur système universel comportera un âge d’équilibre « qui  »constituera un des leviers de pilotage collectif du système dans la durée « .
Un peu plus loin :  » Pour démontrer ma confiance envers les partenaires sociaux, et ne pas préjuger de l’issue de leurs travaux concernant les mesures à prendre pour atteindre l’équilibre en 2027, je suis disposé à retirer du projet de loi la mesure de court terme que j’avais proposée, consistant à converger progressivement à partir de 2022 vers un âge d’équilibre de 64 ans en 2027 », écrit Edouard Philippe.
Un retrait provisoire donc et uniquement pour les départs avant 2027. Autrement dit, il ne s’agit pas d’un abandon de la mesure contestée par plusieurs syndicats mais d’une mesure d’apaisement à l’égard des syndicats réformistes tels que la CFDT et l’UNSA. Les autres organisations syndicales comme CGT ou FO rejettent le projet de réforme des retraites dans sa globalité.

« Un compromis »

Aussitôt Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT a saisi la balle bond en commentant dans un tweet : » Nous avons obtenu le retrait de l’âge pivot ». Pour la centrale réformiste, cette lettre et les concessions du Premier ministre « marquent la volonté d’un compromis » du gouvernement.
De son côté, l’UNSA approuve et assure que « les échanges peuvent enfin démarrer ». Le syndicat affirme qu’il « apportera ses solutions » pour obtenir « l’équilibre financier, dès 2027 et à long terme, de notre régime de retraites ».
Il reste encore bien du chemin à faire avant une vraie sortie de crise. Et un apaisement du conflit social.

Lettre Edouard Philippe aux syndicats

France,