France

Attaque à la PP : des indices de plus en plus inquiétants

Les enquêteurs qui travaillent sur le profil de Mickaël Harpon, le tueur de la Préfecture de police, ont découvert une clé USB contenant « des informations » sur des dizaines de policiers.

Préfecture de Police de Paris

Comme on le redoutait depuis les premiers instants, le tueur de la Préfecture de police de Paris a bel et bien commis un attentat terroriste. Il avait même des contacts avec « la mouvance salafiste » selon le procureur antiterroriste, Jean-François Ricard.
La question qui hante les enquêteurs est de savoir si Mickaël Harpon, chargé de la maintenance informatique au sein de la Direction du Renseignement de la Préfecture de Police (DRPP) avait extrait des informations confidentielles sur les ordinateurs de ses collègues. Et s’il les a transmises à une organisation terroriste ou pas.
La perquisition effectuée à son domicile de Gonesse (Val d’Oise) a été, de ce point de vue, fructueuse si l’on en croit Le Parisien. En effet, les enquêteurs ont découvert plusieurs clés USB sur lesquelles on voit des vidéos de décapitation et de la propagande de Daesh. Mais elles contenaient aussi des « informations personnelles » de dizaines de policiers de la DRPP sans que l’on sache, à ce stade, de quelles informations il s’agit.

Des vies sont en jeu

Ces révélations sont particulièrement inquiétantes. Car Mickaël Harpon possédait « l’un des plus hauts niveaux d’habilitation secret-défense » de la PP selon Le Parisien. En d’autres termes, le tueur de la Préfecture de police avait accès à tous les fichiers de tous les ordinateurs des policiers dont la mission à la DR est de traquer les terroristes.
A-t-il extrait des informations sensibles sur les personnes surveillées par les policiers ? Les a-t-il transmises à des tiers ? Depuis quand ?
L’enquête devra vite l’établir. Car des vies sont en jeu, celle de policiers et de leurs familles mais aussi celle d’informateurs, de fichés S et de bien d’autres personnes peut-être.
Le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner qui s’est illustré une fois encore par son incompétence dans ce dossier en prétendant que le tueur « n’avait jamais présenté de difficulté comportementale », sera auditionné par la commission des lois de l’Assemblée nationale, ce mardi en fin d’après-midi, puis par celle du Sénat, jeudi prochain. Il sera également entendu par l’Inspection des services de renseignement (ISR).
Ce mardi, 8 octobre 2019, une cérémonie d’hommage sera rendue aux victimes de la tuerie de la PP en présence d’Emmanuel Macron.

France,