Vidéo : « Le grand débat national n’a pas grand-chose à voir avec la démocratie participative »

La colère autour de la fiscalité ne débouche pas seulement sur une demande aveugle de baisse des impôts. Serge Goujon / Shutterstock
La colère autour de la fiscalité ne débouche pas seulement sur une demande aveugle de baisse des impôts. Serge Goujon / Shutterstock

Benoît Tonson, The Conversation et Thomas Hofnung, The Conversation

Conversation avec Laurent Mucchielli.

Le 18 décembre dernier, le sociologue Laurent Mucchielli (Université d’Aix-Marseille) posait directement la question qui brûle les lèvres du gouvernement : « Le mouvement des gilets jaunes est-il vraiment terminé ? » Les manifestants sont certes moins nombreux, notamment dans les rues de Paris, et l’exécutif tente de reprendre la main en organisant à l’échelle du pays un « grand débat national ».

Mais cette agora géante est-elle vraiment de nature à calmer la colère des gilets jaunes, et à même de rétablir le lien sévèrement distendu entre les citoyens et leurs gouvernants ? Nous avons posé ces questions au sociologue de l’Université d’Aix-Marseille qui, récemment, sur notre site, soulignait la nécessité, l’urgence même, de favoriser l’émergence d’une vraie démocratie participative.


Benoît Tonson, Éditeur Science + Technologie, The Conversation et Thomas Hofnung, Chef de rubrique Politique & Société et International, The Conversation

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.

The Conversation