Vosges

Gilbert Stimpflin, président de la CCI Grand Est

La nouvelle chambre de commerce et d’industrie de la région Grand Est a élu confortablement à sa présidence un mulhousien de 65 ans estampillé CGPME.

gilbert-stimpflin
Gilbert Stimpflin, président de la CCI Grand Est (photo Michel Caumes/ CCI Mulhouse)

Après les élections consulaires de novembre dernier dans les départements, 39 Alsaciens, 37 Lorrains et 24 Champardennais ont siégé à l’Assemblée générale constitutive de la nouvelle CCI Régionale Grand Est qui remplace les trois anciennes CCI régionales d’Alsace, Lorraine et Champagne-Ardenne.

Union alsacienne

Réunis ce 19 décembre à Strasbourg, ces 100 chefs d’entreprise ont porté à la présidence de la nouvelle structure régionale le mulhousien Gilbert Stimpflin, 65 ans, président de la délégation de Mulhouse au sein de la nouvelle CCI Alsace-Eurométropole qui regroupe les CCI de Strasbourg, Colmar et Mulhouse. Il a obtenu 76 voix contre 22 à son challenger Géraud Spire (CCI Ardennes, représentant le MEDEF) et un bulletin blanc. Géraud Spire devient vice-président (de droit) tout comme Jean-Paul Pageau, président de la CCI de la Marne.
Le premier vice-président élu est Fabrice Genter (CGPME) président de la CCI 57. C’est avec ce dernier que Gilbert Stimpflin souhaite « un mandat partagé » de 2 ans et demi chacun conformément à un accord passé entre les deux hommes. « Nous voulons montrer que l’Alsace sait jouer en équipe » a souligné le président la CCI Régionale.
Patron de la CGPME 68, Gilbert Stimpflin est un patron d’une entreprise de travail temporaire Idea Service qui s’appuie sur les agence de Haguenau, Mulhouse, Strasbourg mais aussi Karlsruhe et Montréal. Il s’est imposé à la tête de la CCI de Mulhouse puis de celle d’Alsace-Eurométropole en plaidant pour la proximité et la défense du patrimoine alsacien.

Désunion lorraine

A l’inverse des alsaciens, les élus lorrains sont divisés. En effet, de fortes dissensions ont opposé les CCI de Meurthe-et-Moselle et de Moselle au cours des derniers mois au point que la justice a dû intervenir.
Face aux économies drastiques qui leur étaient imposées (suppression de 170 postes ou emplois sur 530), les élus lorrains ont travaillé deux années durant à la création d’une chambre territoriale lorraine unique composée de quatre délégations. Ce qui lui permettait de réaliser des économies de l’ordre de 1,2 M€/an en fonctionnement. C’était aussi une occasion d’afficher de façon unie le poids économique de la Lorraine (37%) à la future CCI Grand Est pour équilibre le poids de l’Alsace (39%).

Gymkhana judiciaire

Alors que le projet a été validé, le 14 décembre 2015 à la majorité des deux-tiers, que les décrets étaient signés par le gouvernement, les élus mosellans ont décidé de faire cavalier seul et d’attaquer les différentes décisions devant les juridictions administratives.
Finalement, au terme d’un gymkhana judiciaire, le décret portant création de la chambre territoriale lorraine a été annulé. C’est donc en ordre dispersé que les Lorrains adhèrent à la CCI Grand Est.
Avec ses 10 départements, ses 9 chambres de commerce et d’industrie territoriales, la CCI Grand Est représente désormais 188.000 entreprises. Si le nouveau président souhaite que les chambres soient gérées « dans la proximité », il entend aussi « coordonner les efforts » pour la défense de toutes entreprises du Grand Est et les orienter vers l’économie du futur.

Emilien Lacombe

Alsace,Ardennes,Aube,Bas-Rhin,Champagne-Ardenne,France,Grand Est,Haut-Rhin,Haute-Marne,Lorraine,Marne,Meurthe et Moselle,Meuse,Moselle,Vosges,