Prix du foncier et de l’immobilier dans le Grand Est

L’Insee vient de publier une étude sur les prix de l’immobilier dans le Grand Est. Entre 2008 et 2014, les prix ont plus fortement augmenté à Saint-Louis, Strasbourg et Nancy de 1,8 %, 1,5 % et 1,2 % par an en moyenne.

Le prix de l'immobilier dans le Grand Est (•Photo credit: Alexandre Prévot on Visualhunt / CC BY-SA)
Le prix de l’immobilier dans le Grand Est (Photo Alexandre Prévot on Visualhunt / CC BY-SA)

Dans le Grand Est, la plaine du Rhin, le sillon lorrain et la périphérie des agglomérations champenoises sont les zones où la construction de logements et la croissance du nombre de ménages sont les plus dynamiques et où s’observe une meilleure résistance économique. Dans ces espaces déjà densément peuplés, la pression foncière est forte, la surface des terrains plus réduite et leur prix au m² plus élevé. C’est particulièrement le cas autour de Strasbourg et Colmar, mais aussi dans les agglomérations proches des frontières suisse et luxembourgeoise, comme Thionville et Saint-Louis.

En dix ans, le prix médian des terrains a doublé dans la région, alors que les surfaces achetées ont diminué de 20 %. Entre 2012 et 2016, le budget médian pour faire construire sa maison est de 220 000 euros, et l’achat du terrain représente en moyenne 29 % du coût. L’Eurométropole de Strasbourg est l’intercommunalité où l’effort financier pour un projet de construction est le plus important.

Dans les grandes agglomérations et leurs couronnes, les prix des maisons et appartements anciens varient fortement selon les caractéristiques des biens (type, surface, ancienneté, confort…) et selon le temps d’accès à la ville-centre. Pour des biens similaires, les aires urbaines de Strasbourg, Reims et Saint-Louis sont parmi les plus chères de la région.

·  Construction de logements

·  Prix des terrains à bâtir et des maisons neuves

·  Prix des maisons et appartements anciens