Monde
Partager
S'abonner
Ajoutez IDJ à vos Favoris Google News

Coronavirus : la guerre des masques est déclarée

Contrairement aux affirmations d’un président de région du sud de la France, les masques détournés en Chine ne l’ont pas été au détriment du Grand Est. A Lyon, des masques destinés à l’Espagne ont été réquisitionnés par la France.

masques de protection (Pixabay)
masques de protection (Pixabay)

La guerre des masques de protection aura bien lieu. En raison des ravages provoqués par l’épidémie de Covid-19 et des besoins croissants de protection, notamment des personnels soignants, une lutte sans merci est ouverte. Les mafias internationales s’emparent de ce juteux marché.
Plusieurs médias français et étrangers ont repris une information de Renaud Muselier, président de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, selon lesquelles une commande de masques de protection destinés à la région Grand Est aurait été rachetée le double de son prix et payée en cash par ‘’des Américains’’ et envoyée vers les Etats-Unis.
Le président de PACA rappelle que les présidents de région se sont associés pour faire une commande de 60 millions de masques. On sait que la région Grand Est en a commandé 5 millions.
En outre, la France a passé commande d’un milliard de masques à différents pays étrangers, dont la Chine.

Livraison en trois temps

Renseignement pris, la Région Grand Est affirme que ses masques commandés en Chine n’ont pas été détournés même si le président Jean Rottner a constaté « que cela existe ». En effet, « la livraison des 5 millions de masques se fait en trois temps », précise la région. « Il y a deux jours, nous avons reçu une première livraison de 2 millions de masques. Demain, nous allons recevoir la deuxième partie de la commande et après-demain la troisième partie. »

4 Millions de masque destinés à l’Espagne

A Lyon, selon nos confrères de l’Express, quatre millions de masques faciaux ont été « réquisitionnés » par la France le 5 mars dernier soit deux jours après le décret de réquisition du matériel médical signé par Emmanuel Macron.
Il s’agissait de masques appartenant à l’entreprise suédoise Mölnlycke, un géant du secteur médical spécialisé dans les produits jetables (masques, blouses etc.) et destinés à l’Espagne et à l’Italie, deux des pays les plus durement touchés par lépidémie.
Finalement, selon le Progrès de Lyon, le Secrétariat général de la Défense et de la Sécurité nationale (SGDSN) aurait alors accepté de laisser partir la moitié de ces masques « à titre dérogatoire » vers l’Italie et l’Espagne.
La guerre continue. Dans certains pays, des ateliers clandestins de fabrication de masque font la fortune d’intermédiaires peu scrupuleux, comme nous l’avons déjà écrit. Voici d’ailleurs une vidéo édifiante.

Asie-Pacifique,France,Monde,