Monde
Partager
S'abonner
Ajoutez IDJ à vos Favoris Google News

Vaccins : La justice américaine demande des comptes à Pfeizer

Un juge du Texas ordonne à la Food and Drug Administration (FDA) de publier les données sur la sécurité des vaccins Pfeizer dans 8 mois et non dans 75 ans !

Vaccine Pfeizer (Flickr)
Vaccine Pfeizer (Flickr)
Robert Harneis
Robert Harneis, journaliste

Par Robert Harneis

La Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis a huit mois – et non les 75 ans qu’elle a demandés – pour publier tous les documents relatifs à l’homologation du vaccin Comirnaty COVID de Pfizer, a décidé jeudi un juge fédéral.
Dans sa décision, le juge Mark Pittman, du tribunal fédéral du district nord du Texas, a cité le président John F. Kennedy, écrivant qu' »une nation qui a peur de laisser son peuple juger du vrai et du faux dans un marché ouvert est une nation qui a peur de son peuple« .
Le juge Pittman a rejeté l’argument de la FDA selon lequel elle ne pouvait publier des versions expurgées des documents qu’à raison de 500 pages par mois, ce qui aurait signifié que la totalité des documents ne serait pas rendue publique avant 2096.
Dans son argumentation, la FDA a reconnu qu’elle avait une « obligation » de rendre l’information publique, mais a affirmé que son Center for Biologics Evaluation and Research, qui conserve les documents en question, ne compte que 10 membres du personnel, dont deux sont « nouveaux ».

400.000 pages de documents

Les documents en question sont liés à une demande de Freedom of Information Act (FOIA) déposée en août 2021 par Public Health and Medical Professionals for Transparency (PHMPT), un groupe de plus de 30 professionnels de la santé publique et médicale et de scientifiques d’institutions telles que Harvard, Yale et UCLA.
Dans son ordonnance de quatre pages, le juge Pittman a ordonné à la FDA de produire plus de 12.000 pages de documents au plus tard le 31 janvier, puis de « produire les documents restants au rythme de 55.000 pages tous les 30 jours, la première production devant avoir lieu au plus tard le 1er mars 2022, jusqu’à ce que la production soit terminée. »
Selon ce calendrier, les presque 400 000 pages de documents auront été rendues publiques en huit mois, et non en 2096.
Dans sa demande de FOIA, la PHMPT a demandé à la FDA de publier « toutes les données et informations relatives au vaccin Pfizer« , y compris les données sur la sécurité et l’efficacité, les rapports sur les effets indésirables et la liste des ingrédients actifs et inactifs.

Le vaccin approuvé en 108 jours !

Le PHMPT avait initialement demandé un traitement accéléré de sa demande en vertu de la loi sur la liberté d’information en invoquant un « besoin impérieux » de divulguer rapidement les documents en question, et en faisant valoir que la documentation devrait être entièrement divulguée dans un délai de 108 jours, soit le nombre de jours qu’il a fallu à la FDA pour approuver le vaccin de Pfizer. Pourquoi faudrait-il plus de temps pour examiner des documents en vue de leur diffusion au public que pour les examiner en vue de leur approbation ?
Lorsque la demande de l’organisation a été rejetée par la FDA, le PHMPT a intenté une action en justice contre l’agence.
Suzann Burk, responsable de la division de la gestion de la divulgation et de la surveillance de la FDA, a déclaré qu’il fallait huit minutes par page pour qu’un employé « effectue un examen minutieux, ligne par ligne et mot par mot, de tous les documents recevables avant de les produire en réponse à une demande de FOIA« .
En conséquence, la FDA a initialement déclaré qu’il lui fallait 55 ans pour divulguer intégralement les versions expurgées de ces documents. L’agence a ensuite modifié cette demande pour la porter à 75 ans.

Une priorité pour l’agence

L’équipe juridique représentant PHMPT a fait valoir dans ses documents judiciaires que la FDA, en 2020, comptait 18.062 employés, ce qui indique que l’agence pourrait trouver la main-d’œuvre nécessaire pour répondre rapidement à la demande de FOIA.
Dans son ordonnance, le juge Pittman a reconnu qu’il imposait un « fardeau » à la FDA en respectant le délai de publication de ces documents, mais a néanmoins précisé qu’il devait s’agir d’une priorité pour l’agence.
Il a déclaré : « Ici, le tribunal reconnaît les défis ‘indûment lourds’ que cette demande de FOIA peut présenter à la FDA … Mais … il n’y a peut-être pas de ‘question plus importante à la Food and Drug Administration … que la pandémie, le vaccin Pfizer, la vaccination de tous les Américains, [et] s’assurer que le public américain est assuré que cela n’a pas été précipité « .

« Une farce ou une tragédie »

M. Pittman, en plus de citer Kennedy dans son ordonnance, s’est également appuyé sur les paroles de l’ancien président américain James Madison : « Un gouvernement populaire, sans information populaire, ou sans les moyens de l’acquérir, n’est que le prologue d’une farce ou d’une tragédie ; ou, peut-être, des deux. La connaissance gouvernera toujours l’ignorance : Et un peuple qui veut être son propre gouverneur doit s’armer du pouvoir que donne la connaissance. »
L’avocat Arron Siri du cabinet Siri & Glimstad, qui a représenté le PHMPT dans son procès, a déclaré à Reuters que l’ordonnance du juge « s’est prononcée en faveur de la transparence et de la responsabilité« .
Me Siri a poursuivi : « Il s’agit d’une grande victoire pour la transparence et elle élimine l’un des obstacles que les autorités fédérales de la « santé » avaient sur les données nécessaires aux scientifiques indépendants pour proposer des solutions et aborder les problèmes graves du programme de vaccination actuel – des problèmes qui comprennent la diminution de l’immunité, les variants qui échappent à l’immunité vaccinale et, comme le CDC l’a confirmé, le fait que les vaccins ne préviennent pas la transmission. ‘’

L’obligation vaccinale porte atteinte à la liberté

Il poursuit : « Personne ne devrait jamais être contraint de s’engager dans une procédure médicale non désirée. Et s’il est déjà assez grave que le gouvernement ait violé ce droit fondamental à la liberté en rendant obligatoire le vaccin Covid-19, le gouvernement a également voulu cacher les données en attendant de produire pleinement ce sur quoi il s’est appuyé pour homologuer ce produit, jusqu’à ce que presque chaque Américain vivant aujourd’hui soit mort. Cette forme de gouvernance est destructrice de la liberté et contraire à l’ouverture requise dans une société démocratique. »
PHMPT s’est engagé à publier tous les documents de la FDA sur son site web.
La FDA peut faire appel de la décision. Dans le cas contraire, la FDA et le PHMPT sont tenus de soumettre un rapport avant le 1er avril, détaillant les progrès réalisés en matière de publication des documents.
Des rapports supplémentaires devront ensuite être soumis tous les 90 jours jusqu’à ce que tous les documents aient été divulgués.

La primauté du droit

L’histoire médicale montre que ce sont souvent les avocats, généralement aux États-Unis, qui demandent des comptes à l’industrie pharmaceutique plutôt que les médecins, mais cela prend du temps.
En 2009, Pfizer a été condamné à une amende record de 1,3 milliard de dollars pour la promotion illégale de médicaments après que sa filiale Pharmacia & Upjohn a plaidé coupable à des accusations criminelles. La société a également été condamnée à payer un milliard de dollars de dommages civils. L’affaire a été portée devant les tribunaux après qu’un dénonciateur a publié des informations sur l’entreprise en 2003.

Europe France Monde