Meurthe et Moselle

La prison de Nancy-Maxéville « attaquée »

Vendredi soir, des individus cagoulés et vêtus de noir comme les black-blocs ont « attaqués » l’établissement pénitentiaire à coups de marteau.

FO pénitentiaire a publié les photos sur sa page facebook

C’est inédit. La prison récente et très sécurisée de Nancy-Maxéville a été la cible de plusieurs individus, cagoulés et vêtus de noir. Les faits se sont produits vers 21 h 15. Ces individus au nombre de six ou huit ont donné des coups de marteaux dans les vitres et dans la porte d’entrée provoquant de nombreux dégâts matériels. Ils ont ensuite tagué les murs à la peinture avec les lettres ACAB  et « feu aux prisons » avant de jeter de l’huile à l’entrée réservée aux véhicules de l’administration. En vrais professionnels, les assaillants ont couvert leur fuite en faisant bruler des pneus sur la chaussée pour ralentir l’intervention de la police.
Les lettres ACAB (All cops are bastards) est une inscription apparue dans les années 80 en Angleterre au cours de la révolte des mineurs et de la violente répression qui s’en est suivie.

Les altermondialistes

« On ne connaît pas les raisons de ces actes, explique un surveillant de la prison. On ne sait même pas s’il y a un lien avec l’un ou l’autre des détenus. Il n’y a aucune revendication. »
Les premiers éléments de l’enquête semblent cependant attribuer ces actes à un groupe lié aux black-blocs, ces altermondialistes adeptes de la violence. En effet, ils convergeaient vers Nancy, ce week-end pour participer à la manifestation organisée par les opposants à l’enfouissement des déchets radioactifs à Bure, dans la Meuse.

France,Grand Est,Lorraine,Meurthe et Moselle,