Moselle

Migrants : Metz et 12 autres villes demandent à l’Etat d’agir

A l’approche de l’hiver, il est impensable de laisser des hommes, des femmes et des enfants dans des campements de fortune à la périphérie des villes.

Des migrants ont trouvé refuge sous arcades de la place de la Comédie à Metz (Photo Collectif mosellan de lutte contre la misère)
Des migrants ont trouvé refuge sous arcades de la place de la Comédie à Metz (Photo Collectif mosellan de lutte contre la misère)

Raphaël Pitti, Conseiller municipal délégué à l’urgence sociale et sanitaire s’est rendu hier à Paris à la réunion des représentants des 13 villes françaises souhaitant replacer l’accueil des migrants au cœur du débat. Il répondait à l’invitation conjointe des ministres de l’Intérieur et de la Cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales en charge de la ville et du logement.
Le 7 octobre dernier, Dominique Gros, Maire de Metz, aux côtés d’Anne Hidalgo, Première magistrate de Paris, et de leurs homologues de Rennes, Lille, Troyes, Grande-Synthe, Ivry-sur-Seine, Aubervilliers, Toulouse, Grenoble, Strasbourg, Nantes et Saint-Denis, ont lancé un nouvel appel au gouvernement pour lui demander, à l’approche de l’hiver, d’agir urgemment face à la question des campements de migrants.

Tribune dans Libé

Les édiles rappellent dans leur tribune, publiée sur Libération : « Face à l’urgence, les villes font tout leur possible pour apporter une réponse à cette crise qui dure depuis trop longtemps. Sur tout le territoire, des actions concrètes ont été mises en œuvre pour prendre en charge celles et ceux que la carence de l’Etat contraint à vivre dans des conditions indignes. […] Seul l’Etat est à même de créer et de déployer le dispositif pérenne dont nous manquons aujourd’hui ».
A la suite de cet appel, les 13 Maires ont été invités à se réunir ce lundi 14 octobre au Ministère de l’Intérieur, à l’invitation conjointe de Christophe Castaner, ministre de l’Intérieur, et Julien Denormandie, ministre auprès de la ministre de la Cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales, chargé de la ville et du logement, alors que s’ouvrait le même jour le débat sur la politique migratoire de la France et de l’Europe devant la représentation nationale.

L’accueil à Metz

Dans le courrier d’invitation à cette réunion, les deux ministres souhaitaient ainsi « échanger et construire des réponses pragmatiques et adaptées aux situations difficiles rencontrées », rappelant la compétence régalienne de la politique de l’asile. Les ministres ajoutent : « Face à cette situation, le gouvernement agit avec humanité et discernement, en contribuant au niveau européen à organiser l’accueil des réfugiés mais également à maîtriser les flux migratoires. […] Dans de nombreuses métropoles, des campements se forment dans des conditions indignes et avec de forts enjeux en termes de tranquillité et de salubrité publiques. Au-delà de l’urgence humanitaire, vous agissez également pour l’accueil et l’intégration des réfugiés […]. »
Raphaël Pitti, conseiller municipal délégué à l’urgence sociale et sanitaire, qui représentait la Ville de Metz à cette réunion, a pu évoquer dans sa globalité le dispositif d’accueil des demandeurs d’asile, des réfugiés et des migrants à Metz, notamment la mise à disposition de l’ancien lycée Poncelet, la Maison de la Patinoire, l’accueil dans les établissements scolaires, ou encore le travail avec le réseau de solidarité des associations messines.

France,Grand Est,Lorraine,Moselle,