Grand Est

Des élus dénoncent la gabegie du Grand Est

La conseillère municipale de Metz Marie-Jo Zimmermann dénonce « l’explosion des dépenses » révélées par la Cour des comptes quand Jean-Louis Masson demande un retour aux trois anciennes régions.

jean-Louis Masson( Wikipedia

Dans un communiqué, le sénateur Jean-Louis Masson souhaite une liste de large rassemblement pour un retour aux anciennes régions. Il dit pourquoi.
« Lorsque le Gouvernement Valls a décidé la fusion autoritaire des anciennes régions, je me suis mobilisé au Sénat contre cette réforme mortifère. Contrairement aux mensonges du gouvernement Valls qui avait promis 10 milliards d’économies, la Cour des comptes constate aujourd’hui une explosion des dépenses.
Démesurément étendue, la région Grand Est est tout particulièrement une aberration. Dès les premières années, elle a augmenté de 51 %, les dépenses de déplacement et de représentation (L’Alsace, 18 juillet 2018). Le récent rapport de la Cour des comptes vient de dénoncer une autre gabegie avec l’augmentation de 28 % du régime indemnitaire du Grand Est, soit deux fois plus que la moyenne.

« Un fromage »

Lors de la création de la Collectivité européenne d’Alsace, on aurait pu rétablir nos trois anciennes régions. Hélas, les conseillers régionaux des partis dominants ou ex-dominants ont défendu bec et ongles la région Grand Est car elle est pour eux, « un véritable fromage ».
Ainsi, à l’époque une pétition avec 60 000 signatures pour le maintien de l’ancienne région Alsace avait été organisée par Jean Rottner mais depuis qu’il est président du Grand Est, celui-ci a complétement tourné sa veste ; il s’accroche à ses prébendes.
Pourtant, Philippe Richert, l’ancien président de la région Grand Est vient lui-même de reconnaître (enfin !!!) que la création du Grand Est était bien « une réforme abracadabrantesque ».
Dans la perspective des prochaines élections régionales, ceux qui souhaitent revenir aux anciennes régions doivent s’unir. C’est pourquoi je ferai tout mon possible pour qu’il y ait une liste solide de large rassemblement qui propose le rétablissement de nos trois anciennes régions. Au besoin, je suis même prêt à y participer.
Notre priorité doit être de se débarrasser des profiteurs du Grand Est « conclut Jean-Louis Masson.

Le coup de gueule de Marie-Jo Zimmermann

« Metz et la Moselle sont victimes de la région Grand Est » affirme l’ancienne députée et actuelle conseillère municipale de Metz après les révélations de la Cour des comptes.

Marie-Jo Zimmermann, conseillère municipale d’opposition à Metz (affiche)

« Les habitants et les contribuables de la région Grand Est sont scandalisés par l’explosion des dépenses que vient de confirmer le rapport de la Cour des Comptes. Nous savions déjà que la fusion de nos trois anciennes régions Alsace, Champagne-Ardenne et Lorraine avait entraîné une explosion des frais de déplacement et de réception (+51%). Maintenant, on voit qu’avec +28% le régime indemnitaire bat lui aussi tous les records d’augmentation par rapport à d’autres régions.
Cela me conforte dans la position que j’avais adoptée en 2015, en soutenant à 100 % les députés alsaciens qui réclamaient à l’Assemblée nationale, le maintien de l’Alsace comme région à part entière.
Pour nous Mosellans, pour nous, habitants de la région messine, le problème est encore plus grave car nous avons été spoliés des principaux centres de décisions ; presque tout est parti de Metz à Strasbourg. Ainsi, nous avons perdu des milliers d’emplois avec la réorganisation des services de l’Etat, des services de la nouvelle région et de plusieurs grandes administrations.
Au contraire, la ville de Nancy a tiré son épingle du jeu. Elle a même conforté des directions très importantes avec de nombreux emplois administratifs, notamment les services régionaux liés à la santé, le rectorat régional et le regroupement de diverses compétences judiciaires régionalisées au profit de la Cour d’Appel de Nancy.
Il est clair que la région messine a payé le plus lourd tribu à la création du Grand Est. Il est donc déplorable que par intérêt personnel, des responsables politiques de la région messine puissent encore soutenir la région Grand Est en s’opposant au rétablissement de notre région Lorraine. »

France,Grand Est,