France

Retraites : la France se déchire

L’opposition à la réforme des retraites tourne à l’affrontement : action violente menée au siège de la CFDT à Paris, blocage du musée du Louvre, révolte dans les ports… Ça va mal finir.

louvre-bloqué-euronews
Le musée du Louvre bloqué par les grévistes (capture EuroNews)

Cette journée de vendredi 17 janvier est marquée par plusieurs actions violentes liées à la contestation du projet de réforme des retraites. Vers midi, quelques dizaines de personnes ont forcé l’entrée du siège de la Confédération française du Travail (CFDT) à Paris et « ont agressé, verbalement et physiquement des salariés de la CFDT » affirme Laurent Berger, secrétaire général de l’organisation syndicale dans un tweet. Il ajoute « Nous ne nous laisserons pas intimider ».

Selon plusieurs témoins, cette intrusion était le fait d’une trentaine de grévistes de la RATP qui manifestent depuis plus de six semaines et réclament le retrait total du projet de réforme.
On sait aussi que la CFDT, syndicat plus réformiste, est favorable à la retraite universelle à points que propose le gouvernement mais qu’elle refuse uniquement l’âge pivot à 64 ans. Or, le Premier ministre, Edouard Philippe a fait un geste en acceptant de retirer « sous condition » cet âge d’équilibre, provoquant de fait une rupture entre les différents syndicats. D’où, sans doute le coup de sang des grévistes de la RATP.

Le Louvre fermé

Ce matin encore, le plus célèbre musée du monde, le Louvre, a été fermé. Des militants de l’intersyndicale CGT, FO, FSU, Solidaires, CFE-CGC ont bloqué les différentes entrées au nom de la lutte contre la réforme des retraites.

Le lieu est symbolique. C’est en effet à la pyramide du Louvre qu’Emmanuel Macron s’est rendu pour marquer son investiture.
Dans un communiqué, l’intersyndicale explique « Aujourd’hui, 17 janvier 2020, l’intersyndicale CGC, CGT, FSU et SUD au Musée Louvre porte la ferme contestation des agents de notre établissement au projet de réforme Macron-Delevoye-Pietrazewski, destructeur de vies et d’avenir. ».
La révolte gronde aussi  dans les ports de France où les dockers bloquent les terminaux maritimes à Nantes-Saint-Nazaire, Le Havre, Marseille, La Rochelle, Bordeaux… Avec les conséquences économiques que cela provoque.

Dans ce contexte houleux, le magazine Le Point titre à la Une « Comment la CGT ruine la France ».
A l’évidence, la situation devient conflictuelle, les syndicats s’étrillent, les travailleurs se tapent dessus…
On le dit depuis longtemps : tout cela va mal finir.

France,