Monde

Maroc : une journaliste graciée

Le roi du Maroc, Mohamed VI, a finalement gracié la journaliste Hajar Raissouni, son fiancé et l’équipe médicale poursuivis pour « avortement illégal ».

Hajar Raïssouni, journaliste marocaine condamnée pour son indépendance (Photo DR)

Dans un récent article intitulé « Maroc : la chasse aux journalistes est ouverte » nous avons évoqué les pressions exercées par le Palais contre de nombreux journalistes marocains un peu trop épris de liberté d’expression. Et plus particulièrement le cas de cette jeune journaliste de 28 ans, Hajar Raïssouni, condamnée à un an de prison pour « avortement illégal » et « relations hors mariage ». Ce n’était évidemment qu’un prétexte pour la faire taire.
Face au tollé provoqué par cette condamnation d’un autre âge, le Roi du Maroc a décidé, dans sa grande mansuétude, de gracier la jeune femme mais aussi son fiancé, son gynécologue et l’équipe médicale.
L’affaire avait provoqué l’indignation des défenseurs des Droits Humains, lesquels dénonçaient les articles 449 à 458 du code pénal marocain qui criminalisent l’avortement et l’article 490 qui pénalise les relations sexuelles hors mariage.

Afrique,Monde,