Monde
Partager
S'abonner
Ajoutez IDJ à vos Favoris Google News

Décès de 13 militaires français au Mali

Treize militaires français de la force Barkhane sont morts, lundi, dans la collision accidentelle de deux hélicoptères lors d’une opération de combat contre des djihadistes.

Carte du Mali (Affaires Etrangères)

Dans un communiqué l’Elysée précise qu’il s’agit de militaires de l’armée de terre : six officiers, six sous-officiers et un caporal-chef « tombés en opération et morts pour la France dans le dur combat contre le terrorisme au Sahel ».
Cet accident, le plus grave depuis l’engagement des troupes françaises au Sahel porte à 38 le nombre de militaires français tués au Mali depuis 2013. On se souvient que le brigadier Ronan Pointeau a été tué le 2 novembre 2019 par un engin explosif au passage de son véhicule blindé.

L’armée en deuil

« J’ai appris avec une profonde tristesse que 13 militaires de l’opération Barkhane ont péri hier soir, lundi 25 novembre 2019, lors de l’accident en vol de deux hélicoptères de l’armée de Terre au Mali, au cours d’une opération de combat » a déclaré Florence Parly, ministre des Armées, dans un communiqué de presse publié mardi matin. Une enquête est ouverte afin de déterminer les circonstances exactes de ce drame.
« Cette terrible nouvelle endeuille nos armées, la communauté de défense et la France toute entière. Je tiens à assurer aux familles endeuillées que l’institution militaire est à leurs côtés dans cette épreuve » a ajouté la ministre.

Le ministère des Armées s’associe à elle pour présenter toutes ses condoléances à leurs familles, leurs proches et leurs frères d’armes.

Voici la liste des treize militaires morts pour la France :

Le capitaine Nicolas MÉGARD, du 5e régiment d’hélicoptères de combat de Pau
Le capitaine Benjamin GIREUD du 5e régiment d’hélicoptères de combat de Pau
Le capitaine Clément FRISONROCHE du 5e régiment d’hélicoptères de combat de Pau
Le lieutenant Alex MORISSE du 5e régiment d’hélicoptères de combat de Pau
Le lieutenant Pierre BOCKEL du 5e régiment d’hélicoptères de combat de Pau
L’adjudant-chef Julien CARETTE du 5e régiment d’hélicoptères de combat de Pau
Le brigadier-chef Romain SALLES DE SAINT PAUL du 5e régiment d’hélicoptères de combat de Pau
Le capitaine Romain CHOMEL DE JARNIEU du 4e régiment de chasseurs de Gap
Le maréchal des logis-chef Alexandre PROTIN du 4e régiment de chasseurs de Gap
Le maréchal des logis Antoine SERRE du 4e régiment de chasseurs de Gap
Le maréchal des logis Valentin DUVAL du 4e régiment de chasseurs de Gap
Le maréchal des logis-chef Jérémy LEUSIE du 93e régiment d’artillerie de montagne de Varces
Le sergent-chef Andreï JOUK du 2e régiment étranger de génie de Saint-Christol

La Nation s’incline devant leur courage et leur engagement.

Des groupes terroristes

« Plusieurs groupes terroristes opèrent au Mali, explique le ministère des Affaires étrangères sur son site internet
Dans le centre et le nord du pays, les attaques ciblent en priorité les implantations et les convois des forces militaires maliennes et internationales. La présence possible d’engins explosifs improvisés (IED) ou de mines, ainsi que les attaques fréquentes sur les axes routiers interdit toute circulation par la route en dehors des centres urbains.
Des attaques sont également susceptibles d’être conduites dans le reste du pays, notamment contre les forces de sécurité maliennes et les symboles de la présence occidentale.
Le risque d’attentat à Bamako, notamment visant des lieux publics fréquentés par les occidentaux (restaurants, hôtels, lieux de loisirs, magasins), est particulièrement élevé. L’attaque du « Campement de Kangaba », le 18 juin 2017, a rappelé la prégnance de cette menace.
Il est recommandé de faire preuve de la plus grande vigilance face à ce risque et de privilégier les lieux publics qui disposent d’un dispositif de sécurité adapté, notamment pour le contrôle des accès (exemples : clôture de l’ensemble de l’emprise, sas pour l’accès des piétons, issues de secours, gardiennage, surveillance armée). La fréquentation de lieux dépourvus de dispositif de sécurité est à proscrire.
S’agissant des hébergements pour les déplacements professionnels, les hôtels dont les accès sont filtrés doivent être privilégiés ou, à défaut, les hébergements dans des villas ou chambre d’hôtes discrètes. »

Afrique,France,Monde,