Meurthe et Moselle

Nancy : où sont passés les oiseaux ?

Dans mon jardin du centre-ville, ils ne viennent plus picorer les graines dans une mangeoire qui leur est dédiée. Plus de 400 millions d’oiseaux ont disparu en Europe au cours des 30 dernières années.

Les jolies mésanges disparaissent (Pixabay)

Tous les ans, à l’approche de l’hiver, il faut garnir la mangeoire accrochée à un arbre du jardin. Des graines (bio s’il-vous-plaît !), achetées dans un magasin spécialisé dont les petits passereaux se régalent. Le spectacle est amusant de voir pinsons, merles, mésanges, fauvettes et autres chardonnerets venir se restaurer gratis plusieurs fois par jour.
Cette année, la mangeoire a été garnie comme à l’habitude. Mais elle reste désespérément pleine. Pas le plus petit convive à l’horizon. Même ce couple de merle qui avait pris ses quartiers d’hiver dans mon jardin avant de faire deux ou trois jeunes au printemps, a disparu. Triste et inquiétant.

Un pic à plus de 42 °

Le phénomène est général. Plus de 400 millions d’oiseaux ont disparu en Europe au cours des 30 dernières années. Beaucoup plus en Amérique du Nord et sur les autres continents. Les comptages effectués par les ornithologues amateurs et professionnels comme ceux de la LPO (Ligue pour la Protection des Oiseaux) sont à la fois précis et alarmant. Au total environ 270 espèces d’oiseaux sont concernées par cette hécatombe.
En cause ? Le changement climatique, les produits phytosanitaires utilisés pour une agriculture intensive et… les chats. Cet été au mois de juin 2019, un pic de chaleur à plus de 42 degrés C, a décimé de nombreux martinets dans le département de l’Hérault. « La chaleur était insupportable pour les jeunes, encore au nid, sous les tuiles. Ils ont sauté dans le vide, explique Gabriel. Nous avons ramassé 350 martinets morts en une seule journée dans le département de l’Hérault. »

Pesticides et chats

Les oiseaux sont également victimes des pesticides utilisés par les agriculteurs. Ce sont 65.000 tonnes de pesticides qui sont répandus dans les champs et déciment insectes et petits rongeurs.
Enfin, moins connue, est l’action des chats domestiques sur la faune sauvage. Un chat peut tuer (et manger parfois) plusieurs oiseaux par semaine. Sachant qu’il y a en France environ 14 millions de chats (selon la fédération des fabricants d’aliments pour animaux familiers), à quoi il faut ajouter les chats retournés à l’état sauvage, on imagine le carnage. La LPO précise même que ce sont 75 millions d’oiseaux qui sont tués par les chats, tous les ans, en France!
Le changement climatique, l’agriculture intensive, les chats forment un cocktail mortifère pour les oiseaux qui ne viennent plus dans mon jardin.

La Liste rouge des espèces menacées en France

France,Grand Est,Lorraine,Meurthe et Moselle,