France
Partager
S'abonner
Ajoutez IDJ à vos Favoris Google News

Grand Est : l’intérim en chute libre

Le chômage à la baisse en novembre 2017
l’intérim en chute (DR)

Dans une note de conjoncture, l’Insee constate que l’activité partielle soutient les entreprises de la région au premier trimestre 2020, mais l’intérim accuse une chute historique (Insee).

Le dispositif de chômage partiel systématisé à la fin du mois de mars amortit les effets de la crise sanitaire liée à l’épidémie de Covid-19 sur l’emploi salarié au 1er trimestre (- 2,1 % dans le Grand Est). Ces effets se font surtout sentir sur l’intérim, en réduction depuis plusieurs trimestres, qui représente les deux tiers des emplois salariés perdus. Entre mars et juin, près de 70 % des établissements employeurs du Grand Est ont déposé une demande d’autorisation préalable de mise en activité partielle pour plus de trois salariés sur cinq. Entre le 17 mars et le 30 avril 2020, la proportion de salariés placés en chômage partiel varie de deux à trois sur dix dans la région. Le taux de chômage au sens du BIT recule en trompe-l’œil au premier trimestre (- 0,3 point), tandis que le nombre d’inscrits à Pôle emploi augmente légèrement (+ 0,1 %), porté par les entrées massives pour fin de mission d’intérim (+ 57 %).

L’activité chute de 30%

Dans le Grand Est, la perte d’activité était estimée à 30 % au mois d’avril. En juin, elle serait encore inférieure de 12 % à son niveau d’avant-crise. L’activité se poursuit dans certains secteurs moins touchés par la crise : agriculture, industrie agroalimentaire, secteurs de l’énergie, de l’information et de la communication, activités financières, secteur non marchand.
À l’inverse, la construction, l’industrie automobile, l’hébergement-restauration, le transport et les autres activités de services souffrent davantage de la crise sanitaire. La réduction du nombre de créations d’entreprises est forte dès le 1er trimestre 2020, et se poursuit en avril et mai. Les dépôts de bilan sont quant à eux en baisse, sans doute artificiellement, du fait de la réduction de l’activité des juridictions commerciales pendant le confinement et des changements réglementaires temporaires. La construction de logements diminue ce trimestre dans le Grand Est, davantage qu’en France. La consommation d’électricité recule entre mars et mai, et ne retrouve pas, malgré le déconfinement, son niveau de mai 2019.

Transactions bancaires

Le ralentissement de l’activité se perçoit aussi à travers les transactions par carte bancaire qui chutent de 45 % en une semaine au début du confinement, et qui rebondissent dès le début du déconfinement. L’activité de tous les pays frontaliers du Grand Est est affectée par la crise sanitaire au 1er trimestre 2020 et le taux de chômage au sens du BIT progresse partout, sauf en Belgique.
(Liliane Clément, Marie-Laure Kayali, Laurence Luong, Brigitte Martin, Thibaut Martini, Béatrice Neiter, Loic Rousseau (Insee), Antonio Sedeno (Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi)

Sommaire
  1. Les conséquences de la crise sur l’emploi salarié restent modérées au 1er trimestre
  2. Baisse historique de l’emploi intérimaire
  3. Hors intérim, la construction résiste
  4. Forte dégradation de l’emploi dans l’hébergement et la restauration
  5. Une demande de mise au chômage partiel pour 891 300 salariés du Grand Est
  6. Le Bas-Rhin regroupe un quart des demandes
  7. De nombreuses demandes en provenance des petits établissements
  8. Construction, hébergement-restauration, activités de soutien aux entreprises et commerce, secteurs les plus touchés
  9. Un fort recours à l’activité partielle dans la construction
  10. Une baisse en trompe-l’œil du chômage au sens du BIT
  11. Légère augmentation du nombre de demandeurs d’emploi
  12. Ralentissement de l’activité et reprise partielle dans l’industrie manufacturière et la construction
  13. L’hébergement-restauration et les transports toujours fortement affectés en juin
  14. Un ralentissement plus marqué dans les départements alsaciens
  15. Baisse importante des créations d’entreprises
  16. Des défaillances d’entreprises en fort recul
  17. Les autorisations de construction non résidentielles repartent à la baisse
  18. La consommation d’électricité décroît également
  19. Chute des transactions par carte bancaire
  20. Encadré 1 – L’activité partielle : un système protecteur pour l’emploi des salariés et les compétences des entreprises.
  21. Encadré 2 – Activité en recul dans tous les pays frontaliers
  22. Encadré 3 – Contexte international – Une récession mondiale soudaine et de grande ampleur
  23. Encadré 4 – Contexte national – Après avoir chuté lourdement pendant la période de confinement, l’activité se rétablit progressivement
France,