Grand Est
Partager
S'abonner
Ajoutez IDJ à vos Favoris Google News

Grand Est : une conférence sociale pour quoi faire?

Déclaration commune de sept organisations sociales à l’ouverture, ce mardi matin, de la conférence sociale initiée par la préfète de Région et du président du conseil régional Grand Est pour de faire le point sur de grands thèmes socio-économiques après le Covid.

sept organisations syndicales

Voici la déclaration des organisations syndicales, CFDT, CFTC, CFE-CGC, CGT FSU, SOLIDAIRES, UNSA de la région Grand-Est à l’ouverture de la Conférence Sociale.

« La crise sanitaire que nous vivons actuellement suite à la pandémie du coronavirus est sans précédent dans notre monde moderne. Elle touche toute la planète. La France et la région Grand-Est sont fortement impactées tant au niveau sanitaire, qu’au niveau économique et social.
Les conséquences de cette situation exceptionnelle sont immédiates et démontrent les limites de notre système économique. Cette crise montre l’importance de notre système de protection sociale ; elle en montre aussi les manques et les difficultés à protéger les citoyens, particulièrement les plus fragiles d’entre nous. Il y a donc nécessité de construire différemment l’avenir pour ne pas revenir à des schémas dépassés.

Des mesures sans précédent

Dans ce contexte, les organisations syndicales, CFDT, CFTC, CFE-CGC, CGT, FSU, SOLIDAIRES, UNSA saluent la mise en place d’une conférence sociale en Grand-Est. Dans cette situation inédite, cette conférence doit permettre la mise en place de mesures à court et moyen terme sans précédent. Les organisations syndicales de salarié.e.s sont des actrices économiques et sociaux à part entière et, à ce titre, elles doivent être informées, consultées et entendues pour construire les décisions qui feront suites à cette conférence.

Le premier constat, partagé majoritairement, montre que notre système de santé n’était pas adapté face à cette pandémie pour répondre aux besoins de chacun et chacune. En effet, dans bons nombres de services de santé, dans le médico-social et le social, les agents et personnels ont vécu des situations catastrophiques. Nous saluons leur engagement et dévouement exemplaire qui a permis de palier en partie le manque de personnel et de matériel. La priorité doit aujourd’hui être à la sécurité sanitaire, en équipant mais aussi en reconnaissant et revalorisant toutes celles et ceux qui ont travaillé en première ligne pendant cette crise.
Il nous semble urgent que le Plan Régional de Santé soit revu, dans une logique d’aménagement et d’accès aux soins sur tout le territoire, pour ne pas reproduire les erreurs du passé.

Protéger tous les salariés

Par ailleurs, dans les conditions actuelles d’une reprise généralisée de l’économie et des entreprises, les organisations syndicales proposent à l’ensemble des acteurs et actrices de la conférence sociale de réfléchir à un dispositif permettant de répondre aux différentes sollicitations des salarié.e.s et de les accompagner dans les entreprises.

La situation actuelle des salarié.e.s, principalement celle des jeunes, des intérimaires et des privés d’emploi, avec en ligne de fond les annonces de suppressions d’emploi dans l’industrie, les services, le tourisme impose de protéger tous les salariés et les privés d’emploi de la précarité et des effets de la crise économique qui se profile. Pour cela, les organisations syndicales revendiquent la mise en place d’un grand plan régional « former plutôt que de licencier ». Il est donc nécessaire de prendre les décisions politiques qui s’imposent dans cette conférence sociale et de repenser le CPRDFOP dans son ensemble.

Ecologie et économie

Les personnes les plus précaires, dont bon nombre de salariés, ont été durement touchées par cette crise et les impacts sociaux vont perdurer dans le temps. Des mesures fortes doivent être prises pour éviter que des milliers de personnes ne sombrent dans la pauvreté, notamment contre le mal logement et la précarité énergétique.
Enfin, cette crise nous incite à repenser collectivement notre mode de développement pour favoriser la résilience de notre territoire et nous prémunir de prochaines crises, notamment climatiques, énergétiques, alimentaires, sanitaires… Dans ce contexte, nous considérons que les préoccupations environnementales doivent impérativement être prises en compte dans le cadre d’une réflexion sur la stratégie économique de notre région, par exemple en subordonnant les aides versées à des critères environnementaux, sociaux, et à la transparence financière.

Les organisations syndicales, CFDT, CFTC, CFE-CGC, CGT, FSU, SOLIDAIRES, UNSA, abordent donc cette conférence sociale en appelant aux décisions suivantes :

• Revoir les schémas régionaux, dont le Plan Régional de Santé et le CPRDFOP
• Mettre en place un plan régional « Former plutôt que de licencier »
• Mettre en place des mesures fortes en direction des personnes les plus précaires
• Subordonner les aides versées à des critères environnementaux, sociaux et de transparence financière
• Mettre en place un dispositif permettant de répondre aux sollicitations dans les entreprises

En tout état de cause, cette conférence sociale doit remettre le dialogue social au cœur de l’action publique et de la vie des entreprises, et permettre de mettre en place des mesures sociales fortes pour les salarié.e.s. Il nous faut répondre aux urgences et travailler sur un temps plus long.

France,Grand Est,