Lorraine

Intelligence Artificielle : un plan Grand Est

Il s’agit de faire du Grand Est l’une des premières « Smart Région » d’Europe.

Présentation du plan IA Grand Est (c) Jean-Luc Stadler Région Grand Est

Jean Rottner, Président de la Région Grand Est, a présenté ce mercredi 26 juin à Strasbourg, le Plan régional en faveur de l’Intelligence Artificielle (IA), à l’occasion d’une rencontre transfrontalière autour de l’IA dans le cadre de la première édition de l’événement « 360 possibles – Innovons ensemble dans le Grand Est ».

Pour la Région Grand Est, la transformation numérique constitue un enjeu fort qui relève à la fois de l’aménagement et de l’attractivité du territoire ainsi que du développement économique. Le Plan Intelligence Artificielle de la Région, élaboré en lien avec l’Agence Régionale d’Innovation, Grand E-nov, en coconstruction avec l’ensemble des acteurs de l’écosystème (académiques, privés, institutionnels, etc.), s’inscrit dans le projet de « Smart Région » et de structuration de la filière numérique. Il concerne trois filières prioritaires du SRDEII2 que sont l’Industrie du Futur, la bioéconomie et la santé.

Le plan adopté par l’Institution régionale en séance plénière le 20 juin dernier, s’articule autour de 6 axes :

 booster la compétitivité des entreprises par l’IA,
 soutenir l’excellence scientifique en IA et assurer son rayonnement et sa valorisation,
 dynamiser les startups IA depuis la formulation d’une idée jusqu’à la levée du premier million d’euros, en fédérant tous les acteurs de l’entrepreneuriat,
 développer les compétences en IA afin de répondre aux besoins croissants des entreprises en s’appuyant sur des formations en ligne ainsi que des nouveaux cursus et écoles dédiés,
 garantir une IA éthique, transparente, inclusive.

Un institut régional

Pour piloter ce plan, un institut régional « Grand Est 4 IA » va être créé afin de fédérer la communauté IA du Grand Est, réunissant des chercheurs des Universités de Haute-Alsace, de Strasbourg, de Lorraine, de Reims Champagne-Ardenne et de Troyes, ainsi que les entreprises (ETI, PME ou start-ups) engagées à leurs côtés. Cet institut a également vocation à proposer un espace de rencontre favorisant la valorisation et la co-innovation et à promouvoir le territoire régional pour le rendre visible et attractif au niveau européen et international.
Le Grand Est se positionne au centre de la collaboration IA au sein de la vallée de l’Europe afin de créer des synergies, des effets leviers et des coopérations uniques en France. Il s’agit de s’affirmer comme membre de droit du réseau franco-allemand en IA et de se connecter aux réseaux européens en cours de construction dans le cadre de la future programmation des fonds « Horizon Europe ».

« Nous souhaitons une Intelligence Artificielle qui se développe dans le respect de nos valeurs européennes, basées sur l’humain, l’intégrité, le respect de la vie privée et du libre arbitre. C’est pourquoi nous avons travaillé avec les régions transfrontalières, à savoir les Hauts-de-France, la Wallonie, le Luxembourg, la Rhénanie-Palatinat, la Sarre, le Bade-Wurtemberg et la Suisse, pour développer un corridor européen de l’IA, qui ira de Dunkerque à Bâle », a expliqué Jean Rottner.

Ce plan IA s’inscrit dans le cadre du plan numérique régional global qui englobe d’autres sujets aussi importants que complémentaires, tels que la donnée, la cybersécurité, le cloud de confiance, la blockchain, les objets connectés. L’objectif est de mobiliser 350 millions d’euros sur 5 ans.

Territoire d’excellence

Pour cela, la Région jouera un rôle moteur et agira comme un catalyseur, qui fera que chaque euro investi pourra en générer jusqu’à 6 autres (côté fonds nationaux, européens, ressources industrielles et académiques). Jusqu’à 70 millions d’euros par an pourront donc être mobilisés pour la réalisation de cette feuille de route, ce qui correspond à un triplement des efforts par rapport aux investissements actuels.

A travers ce plan, la Région a pour ambition de devenir un territoire d’excellence reconnu en IA appliquée dans des domaines ciblés, en s’appuyant notamment sur ses forces académiques, au service du développement des acteurs économiques et publics.

Les personnalités : Autour de Jean Rottner de nombreuses personnalités, parmi lesquelles Jean-Luc Marx, Préfet de la région Grand Est, Carl-Christian Buhr, Chef adjoint de Cabinet à la Commissaire européenne à l’Economie et à la Société numériques, Michael Kleiner, Directeur général du Ministère des Affaires économiques du BadeWurtemberg, Romain Martin, Premier Conseiller du Gouvernement du Luxembourg, Dr. Achim Weber, Directeur général pour la Recherche au Ministère des Sciences de Rhénanie-Palatinat, Michael Jung, Directeur du Département politique générale, médias, digitalisation du Land de Sarre, Benoît Hucq, Directeur Général de l’Agence Numérique de Wallonie, Sébastien Huyghe, Député, Conseiller régional des Hauts-de-France, ainsi que des représentants des entreprises Total, IBM et Siemens. Etaient également présents Lilla Merabet, Vice-Présidente de la Région Grand Est en charge de la compétitivité, de l’innovation et du numérique, François Werner, Vice-Président en charge de la coordination des politiques européennes, de l’enseignement supérieur et de la recherche, Claudine Ganter, Présidente de la Commission Relations internationales et transfrontalières, et Nicole Muller-Becker, Vice-Présidente de la Commission Coopération transfrontalière et Développement multilinguisme.

Alsace,Champagne-Ardenne,France,Grand Est,Lorraine,