Elevage : l’envers du décor

Alors que la France admire les plus beaux spécimens de l’élevage français au Salon de l’agriculture, l’association DxE, militant de la cause animale, publie une vidéo choc réalisée dans une ferme en Lorraine.

Intervention de militants de la cause animale dans les élevages (ici, aux États-Unis, photo DxE)
Intervention de militants de la cause animale dans les élevages (ici, aux États-Unis, photo DxE)

La vidéo est publiée sur Youtube. Les images sont choquantes. Les chiffres impressionnants. L’association Direction Action Everywhere (DxE) a voulu frapper un grand coup en plein Salon de l’agriculture à Paris en dévoilant « ce qui se cache derrière notre façon de consommer ».
Deux « enquêtrices » militantes de la cause animales ont filmé dans un élevage porcin de Lorraine, dans la nuit du 3 février 2019. Elles « ont trouvé plusieurs porcelets morts, affirment les deux enquêtrices. Ils ne survivent pas aux conditions d’élevage, qui sont source de stress. S’ils ne meurent pas d’écrasement durant leurs premiers jours, 20% d’entre eux mourront avant d’atteindre l’âge de départ à l’abattoir (6 mois) de maladie, ou lors d’une bagarre avec leurs congénères. Les truies, elles, passent la moitié de leur vie dans des cages de maternité où elles n’ont même pas la place de se retourner. Elles seront envoyées à l’abattoir quand elles ne “produiront” plus assez de porcelets ou qu’elles soufriront d’abcès et de maladies dû à leur trop grande exploitation. »

4 kg de jambon par seconde

DxE s’est fait une spécialité de la production de vidéos d’élevages d’animaux destinés à l’alimentation. Et rappelle quelques chiffres liés à l’exploitation animale dans le monde : plus de 69 milliards d’animaux terrestres tués par an, environ 2.000 milliards d’animaux marins prélevés des océans tous les ans, 14,5% de la production des gaz à effet de serre….
DxE France précise que « 95% des porcs français sont élevés en bâtiment sur caillebotis et ne respirent l’air frais qu’au moment de partir à l’abattoir » ; que, chaque année, 25 millions de cochons sont abattus pour produire 4 kg de jambon par seconde.

Des fermes-usines

Selon DxE, chaque année, ce sont 1,1 milliard d’animaux qui sont tués pour leur viande en France, soit 3,45 millions de tonnes de viande.
95% des porcs sont élevés en bâtiment sur caillebotis.
100% des lapins sont élevés en cage sur sol grillagé.
69% des poules pondeuses sont élevées en batterie.
80% des poulets de chair sont issus du système intensif.
13% des bovins sont élevés en intensif.
• En tout, 80% du cheptel français est élevé dans des fermes intensives.

Les fermes-usines sont le symbole de l’élevage industriel. Elles se caractérisent par la présence d’un grand nombre d’animaux sur une surface trop petite pour produire leur nourriture et/ou épandre sans risque le lisier ou fumier qu’ils ont produit.
Peu de régions sont épargnées par les fermes-usines : elles sont présentes dans 90% des départements français. A partir d’une base de données du ministère de la Transition écologique et solidaire, DxE a recensé sur le territoire français 4413 fermes-usines réparties dans 2340 communes.
1 % des fermes françaises produisent plus de la moitié des porcs, poulets et œufs produits en France. C’est cette ultra-concentration de l’élevage qui conduit à la multiplication des fermes-usines dans nos champs. Au total, en 2017, ces fermes-usines ont touché directement 48 millions d’euros de la Politique agricole commune. C’est donc notre argent qui finance ce modèle d’élevage destructeur. »

Texte source : https://www.greenpeace.fr/carte-fermes-usines/

https://dxefrance.fr/cartes-elevages-fermes-usines/