Vosges

L’amour empoisonné

Premier film d’Audrey Diwan, « Mais vous êtes fous » est un « thriller conjugal », prenant et dur, interprété avec émotion par Céline Sallette et Pio Marmaï.

Un premier film inspiré d’un fait-divers, d’une histoire vraie.
Un premier film inspiré d’un fait-divers, d’une histoire vraie.

Un soir de fête dans un bar, Roman (joué par Pio Marmaï) braille comme un damné, devant sa femme Camille (interprétée par Céline Sallette) et leurs amis, la chanson « Mais vous êtes fous », qui donne son titre au premier long-métrage réalisé par Audrey Diwan (en salles depuis le 24 avril). Romancière (« La fabrication d’un mensonge »), éditrice, puis scénariste sur « Mafiosa » et les films de Cédric Jimenez (« Aux yeux de tous », « La French », « HHhH »), Audrey Diwan s’est inspirée d’un fait-divers, « d’une histoire vraie », pour écrire ce récit.

Dentiste, Roman semble être un bon mari, un bon père, qui va chercher ses deux filles à l’école après le boulot, fait faire les devoirs, leur prépare à dîner, donne le bain, raconte une histoire… Une « vie normale », quoi. Sauf que l’on comprend tout de suite qu’il y a un problème : Roman est en état de manque, il a besoin de sa dose. Complètement accro, « tombé dedans » la came, Roman se drogue tous les jours, depuis des années, en cachette de tous, épouse y comprise.

Une famille détruite par le mensonge

Un secret qu’il aurait peut-être pu garder encore, si un soir comme un autre sa fille n’avait pas fait des convulsions ; transportée en urgence à l’hôpital, les analyses détectent des traces de cocaïne dans le corps de la petite. La foudre vient de tomber sur cette famille, et le toxico doit avouer ce qu’il est vraiment. Si la contamination est d’abord incompréhensible, c’est bien lui qui a, sans le savoir, empoisonné involontairement sa famille, sa femme, ses filles.

La police s’en mêle, puis la justice, les enfants sont retirés aux parents qui, eux-mêmes, ont interdiction de se voir. D’abord le couple reste uni dans l’épreuve, et se cache pour continuer à s’aimer. Pio Marmaï est tout en retenue, douleur et intériorité, et Céline Sallette est formidable en femme qui persiste d’abord à soutenir son mari, malgré tout, en mère soupçonnée d’être au minimum aveugle voire complice ; si elle est coupable, ce n’est que d’une dépendance affective, elle a besoin de lui. Mais avec la confiance perdue, le poison du doute, le retour à la normale est particulièrement difficile, sinon impossible.

Présenté en avant-première aux Rencontres du Cinéma de Gérardmer, « Mais vous êtes fous » a la forme d’un « thriller intime, conjugal », ce qui en fait un film prenant. C’est aussi un film dur, âpre, où l’émotion affleure d’un rien, un geste, une expression sur le visage, un silence.

Patrick TARDIT

« Mais vous êtes fous », un film de Audrey Diwan, avec Pio Marmaï et Céline Sallette (en salles depuis le 24 avril).

France,Grand Est,Lorraine,Vosges,