Monde
Partager
S'abonner
Ajoutez IDJ à vos Favoris Google News

Coronavirus : les oiseaux seraient-ils en cause ?

Alors que l’on déplore un quatrième mort et plus de 200 cas confirmés en France, les scientifiques sont toujours à la recherche de l’origine de la contamination et suspectent les animaux sauvages.

Les oies sauvages parcourent des milliers de kilomètres (Pixabay.com)

Ce mardi 3 mars 2020, un homme âgé de 92 ans est décédé des suites d’une contamination au coronavirus Covid-19 dans le Monbilhan (Bretagne). Cela porte à quatre le nombre de décès et à plus de 200 le nombre de personnes infectées. Dans le monde, il y a désormais plus de 90.000 personnes infectées et plus de 3.000 morts !
L’épidémie semble gagner du terrain chaque jour et les mesures drastiques prises pour l’endiguer semblent inefficaces. Les scientifiques sont à la recherche d’un vaccin. Mais ils ont besoin aussi de comprendre d’où vient ce nouveau virus particulièrement inquiétant.

Des animaux sauvages

On sait que le coronavirus baptisé Covid-19 est apparu en Chine pour la première fois en décembre 2019 et plus particulièrement dans la ville de Wuhan. Mais la question de son origine est loin d’être résolue. Les scientifiques émettent des doutes sur plusieurs espèces animales sans pouvoir affirmer que l’une est plus suspecte que d’autres.
En effet, les premiers soupçons se sont portés sur un marché de la ville chinoise de Wuhan où se vendent des animaux sauvages. Les chercheurs chinois ont immédiatement soupçonné les chauves-souris, les serpents et, surtout les pangolins, ces animaux à écailles très prisés en Chine.
La revue ornithomedia.com évoque dans l’une de ses éditions l’hypothèse d’une propagation du virus Covid-19 par les oiseaux, notamment par l’avifaune sauvage. Elle se fonde sur les travaux du Journal of Veterinary Research.
En effet « les oiseaux sauvages servent de réservoir naturel à des agents pathogènes qui peuvent être transmis aux animaux domestiques » souligne l’étude. « Parmi les virus transmis par les oiseaux sauvages, ceux de la grippe aviaire et du Nil occidental sont bien connus. De nombreuses études ont aussi démontré la présence de plusieurs genres de coronavirus au sein du monde aviaire. »

De la Chine à l’Europe

« Les coronavirus peuvent être transmis de la volaille aux oiseaux sauvages et inversement, ce qui favorise leur propagation sur de longues distances. Les oiseaux sauvages sont suspectés de propager différentes souches du virus de la bronchite infectieuse aviaire dans de nouvelles régions géographiques, comme la QX (lignée GI-19) de la Chine vers l’Europe, et la Var2 (lignée GI-23) du Moyen-Orient à la Pologne. Si un oiseau sauvage était contaminé par plusieurs coronavirus, il pourrait constituer un excellent terrain de recombinaison, ce qui contribuerait éventuellement à l’émergence d’une nouvelle maladie dangereuse pour les humains : c’est la raison pour laquelle la présence de ces virus doit être continuellement surveillée chez les groupes d’oiseaux sensibles, comme les canards et les pigeons. »

Coronaviruses in avian species review with focus on epidemiology and diagnosis in wild birds

Asie-Pacifique,Monde,