Monde
Partager
S'abonner
Ajoutez IDJ à vos Favoris Google News

L’OMS déclenche « l’urgence internationale »

Le coronavirus d’origine chinoise continue de terroriser le monde. L’OMS prend des mesures exceptionnelles pour contenir l’épidémie.

L’Organisation mondiale de la santé a déclaré l’urgence de santé publique de portée internationale (USPPI) lors de son Comité d’urgence sur le coronavirus chinois, ce 30 janvier 2020, à Genève.
Ce dispositif n’a été déclenché que six fois depuis sa création. En 2009 avec la grippe H1N1, en 2014 avec la polio, puis en 2016 avec le virus Zika et Ebola en 2018. En effet, l’urgence est déclenchée lorsqu’il existe un risque important pour la santé publique. Ce qui semble donc être le cas.

Personnes et marchandises

Concrètement, l’OMS demande aux 196 pays signataires du Règlement Sanitaire international (RSI) de jouer la transparence sur le nombre de cas de personnes contaminées sur son territoire, et de prendre des mesures destinées à enrayer l’épidémie. Notamment en effectuant des contrôles à la fois sur les personnes et les marchandises.
L’organisation mondiale de la santé préconise aussi et peut-être surtout, d’éviter les échanges commerciaux, même l’économie des pays doit en souffrir.
Bien entendu ces mesures (provisoires, évidemment) s’adressent d’abord à la Chine.
La communauté scientifique mondiale recherche vivement une réponse médicale à ce virus d’origine chinois. Plusieurs laboratoires sont à la recherche d’un vaccin. Mais on sait qu’il faudra des mois et sans doute des années pour que le vaccin puisse être commercialisé.

Règlement sanitaire international

Le coronavirus chinois terrorise le monde

En quelques semaines, le coronavirus 2009-nCoV a fait plus de 100 morts en Chine et infecté des milliers de personnes. L’Europe et la France ne sont pas épargnées. Infodujour va suivre la propagation du virus en temps réel.

wuhan-coronavirus carte interractive
Virus Coronavirus : carte interactive réalisées par les chercheurs de l’université Johns Hopkins

Carte en temps réel

Evolution de la contamination du 2009-nCoV

Chiffres OMS officiels (décalage 24h)

 

Le coronavirus 2009-nCoV apparu dans la province de Wuhan, en Chine, en décembre 2019 est un virus de la famille des coronavirus (en forme de couronne) dont font partie les virus du SRAS (Syndrome respiratoire sévère) qui a provoqué la mort de plus de 770 personnes au début des années 2.000 et du MERS (Middle East Respiratory Syndrome). Il n’avait jamais été décrit auparavant.
Les symptômes principaux sont la fièvre et des signes respiratoires de type toux ou essoufflement. Dans les cas plus sévères, le patient peut présenter une détresse respiratoire aiguë, une insuffisance rénale aiguë, voire une défaillance multi-viscérale pouvant entraîner un décès.
Le virus est sans doute d’origine animale. Il a vraisemblablement muté pour s’adapter aux humains. Désormais le virus de Wuhan se transmet entre les hommes par les éternuements ou la toux. On considère donc que des contacts ‘’étroits’’ sont nécessaires pour la transmission de cette maladie.
Le coronavirus 2009-nCoV s’est rapidement répandu dans la province de Wuhan au point que la population des principales villes, soit environ 40 millions de personnes ont été confinées par les autorités chinoises.

Une épidémie inquiétante

  • De nombreuses inconnues demeurent encore sur ce virus, telles que la période d’incubation. Plusieurs chiffres ont été cités, initialement on la pensait de 14 jours, puis on l’a ramenée à 7 jours.
    Reste que le virus est très contagieux et virulent. Certes, les autorités chinoises ont pris des dispositions draconiennes pour contenir l’épidémie qui inquiète le monde entier. Outre le confinement de plusieurs millions de personnes, les chinois ont entrepris la construction de trois hôpitaux de 1200 lits chacun en l’espace de 10 jours ! Mais on comptait déjà, hier, 28 janvier 2020, 106 morts et 4447 personnes contaminées.
    Mais en raison des échanges économiques entre la Chine et le reste du monde, l’épidémie s’est propagée à de nombreux pays. Trois cas sont avérés en France. Et un premier cas de contamination entre humains s’est déclaré en Allemagne.

Précautions

  • Si aucune restriction de voyager n’est recommandée par l’OMS, le ministère français de la Santé recommande aux voyageurs de prendre un certain nombre de précautions. En cas de symptômes d’infection respiratoire (fièvre, toux, difficultés respiratoires), il est recommandé, pour ne pas contaminer votre entourage de :
  • Rester à distance, se protéger la bouche lors de la toux,
  • porter un masque chirurgical si l’on est en contact avec d’autres personnes
  • Utiliser des mouchoirs jetables et se laver les mains régulièrement
  • Contacter rapidement le Samu-Centre 15 en faisant état des symptômes et des pays visités récemment : les professionnels de santé pourront déterminer la conduite à tenir pour la prise en charge.
  • Ne pas se rendre chez son médecin traitant ou aux urgences, pour éviter toute potentielle transmission.

Recommandations officielles de l’OMS

Les recommandations standard de l’OMS à l’intention du grand public pour réduire l’exposition à toute une série de maladies et leur transmission sont les suivantes :

  • Se laver fréquemment les mains en utilisant un produit de friction à base d’alcool ou du savon et de l’eau ;
  • En cas de toux et d’éternuement, se couvrir la bouche et le nez avec un coude plié ou un mouchoir en papier
    • jeter immédiatement le mouchoir en papier et se laver les mains ;
  • Évitez tout contact étroit avec une personne qui a de la fièvre et qui tousse ;
  • Si vous avez de la fièvre, de la toux et des difficultés respiratoires, consultez rapidement un médecin et faites part de vos antécédents de voyage à votre prestataire de soins de santé ;
  • Lorsque vous visitez des marchés vivants dans des régions où des cas de nouveaux coronavirus sont actuellement recensés, évitez tout contact direct non protégé avec des animaux vivants et les surfaces en contact avec des animaux ;
  • La consommation de produits animaux crus ou insuffisamment cuits doit être évitée. La consommation de produits animaux crus ou insuffisamment cuits doit être évitée. La viande, le lait ou les organes d’animaux crus doivent être manipulés avec précaution, afin d’éviter la contamination croisée avec des aliments non cuits, conformément aux bonnes pratiques en matière de sécurité alimentaire.

sources : OMS

Monde