France

« J’ai décidé de ne pas être candidat » (François Hollande)

Le président de la République a mis fin au suspense, ce jeudi 1er décembre à 20 heures en décidant de ne pas briguer un deuxième mandat.

francois-hollande-pendant-son-allocution
François Hollande pendant son allocution télévisée (Capture d’écran France 2)

Coup de tonnerre politique. François Hollande a pris tout le monde de court. Ce soir, au terme d’une courte allocution télévisée, le chef de l’Etat a décidé de ne pas être candidat à l’élection présidentielle laissant, de fait, le champ libre à son Premier ministre, Manuel Valls.
Le visage fermé, le président a dressé un rapide bilan de son quinquennat. Notamment sur son engagement de faire baisser le chômage. « Les résultats arrivent plus tard que je ne les avais annoncés, j’en conviens mais ils sont là. »

Il ajoute : « Depuis mai 2012 (…) j’ai agi avec les gouvernements de Jean-Marc Ayrault et de Manuel Valls pour redresser la France et la rendre plus juste. Aujourd’hui, au moment où je m’exprime, les comptes publics sont assainis, la Sécurité sociale est à l’équilibre et la dette du pays a été préservée. »
Le président rappelle la retraite à 60 ans pour les longues carrières, la signature de la COP 21 à Paris, la transparence en politique. Mais le président de la République a avoué « un regret ». Celui d’avoir proposé la déchéance de la nationalité. « J’ai pensé qu’elle pouvait nous unir alors qu’elle nous a divisée.

« Les risques… »

Et cependant François Hollande sait bien qu’il n’a pas réussi à inverser la courbe du chômage, que sa cote de popularité est au plus bas et qu’il serait humilié s’il était battu dans le cadre d’une primaire à gauche. Il sait que son camp est plus divisé que jamais et qu’il n’est donc pas un élément fédérateur. D’où sa décision.
« Je suis conscient des risques qui feraient courir une démarche, la mienne, qui ne rassemblerait pas largement autour d’elle. Aussi, j’ai décidé de ne pas être candidat à l’élection présidentielle, au renouvellement de mon mandat. Dans les mois qui viennent, mon seul devoir sera de continuer à diriger le pays, celui que vous m’avez confié en 2012. »
C’est la première fois, dans l’histoire de la 5ème République qu’un président ne se représente pas à sa propre succession. Cette décision inattendue ouvre la porte à toutes les spéculations. Il est fort probable que Manuel Valls se déclare rapidement candidat à la primaire. Toute la question est de savoir s’il démissionnera pour mener sa campagne ou s’il restera à Matignon jusqu’à la fin ?

M.G.

France,