France
Partager
S'abonner
Ajoutez IDJ à vos Favoris Google News

Faut-il avoir honte de faire de la politique ?

Point-de-vue. L’ancien secrétaire d’État au budget constate que le logo des partis politiques a quasiment disparu des programmes des candidats aux municipales. Pourtant, le débat politique est nécessaire.

Christian Eckert, ancien secrétaire d'Etat au Budget (DR)
Christian Eckert, ancien secrétaire d’Etat au Budget (DR)

par Christian Eckert

Sans surprise, les élections municipales voient maintenant s’affronter des listes « citoyennes », « apolitiques », « de rassemblement », « ouvertes », « républicaines », « d’union », « d’intérêt local »… Les logos ont presque partout disparu et les mots Gauche et Droite sont devenus tabous. Les candidats ont presque honte de se dire investis, soutenus, désignés ou représentants d’un parti politique, LREM compris ! J’imagine, s’ils nous voient de la haut, l’étonnement et sans doute la colère des maires qui m’ont précédé dans ma commune où les luttes sociales, politiques et syndicales ont guidé la vie municipale. Les candidats devenus aujourd’hui apolitiques revendiquent pourtant souvent leur héritage. On nous avait prédit une absence de candidats, mais nombreux sont les exemples où ils se bousculent.

Un handicap

On cherche à les différencier. C’est de plus en plus difficile : presque tous sont convertis à l’écologie. Celle-ci est à elle seule un programme de gestion municipale. Les services publics, l’éducation, la sécurité, la justice sociale, le sport, la fiscalité locale, l’économie et le commerce ne sont presque plus des enjeux.
Les listes se constituent donc autour de réseaux d’amis, de connaissances ou de relations, qui jurent tous n’avoir aucun intérêt particulier et aucune ambition. Beaucoup revendiquent inexpérience et compétence. Si ce n’est pas incompatible, cela n’a rien d’évident non plus. L’expérience semble d’ailleurs devenue un handicap.
Tous se retrouveront, une fois élus, face à de nombreux « troisièmes tours » : dans les métropoles, les communautés de communes ou d’agglomération, dans les syndicats intercommunaux… On ne sait comment ils s’y organiseront, pour coordonner des exécutifs, assurer la gestion et construire l’avenir. C’est pourtant de plus en plus à ce niveau que les décisions se prennent.

Le débat politique

Ces évolutions de notre vie publique ont sans doute bien des avantages : elles ont dépoussiéré le fonctionnement de certaines institutions. Elles ont assuré aussi le renouvellement de bien des idées, au-delà du renouvellement des personnes. Elles ont contraint les partis à être autre chose que des écuries constituées pour pousser à l’avènement d’individus. Le principe d’avoir une vision environnementale transversale ne peut qu’être salué sans retenue.
Attention pourtant à ne pas oublier que le débat politique est nécessaire. Ses lieux, ses formes et ses usages étaient certainement trop figés. Il n’avait pas suffisamment accompagné les changements de nos sociétés. La défiance légitime envers les acteurs, engendrée par des dérapages de personnalités politiques s’est naturellement étendue à la politique en général.
Mais les excès sont néfastes. Ne pourrait-on faire de tout cela une opportunité pour réhabiliter certains principes chers à la France : débattre, choisir, évaluer, redébattre… Pour fonctionner, la République et la démocratie ont besoin de structuration des idées. Le chaos aussi bien que l’uniformité sont aussi malsains l’un que l’autre.
Faire de la politique, c’est réfléchir et travailler sur la vie de la cité. Le faire ensemble avec humilité personnelle et ambition collective peut être source de progrès. A bien y regarder, globalement, jusque-là, même avec quelques accrocs, cela n’a pas si mal fonctionné.

France,