Lorraine

Le CESER Grand Est donne la parole aux plus précaires

Parce que l’emploi reste le principal facteur d’intégration dans la vie sociale.

ATD Quart monde

A la demande du CESER Grand Est, les Associations de solidarité (ATD Quart Monde, Secours Populaire et Secours Catholique) représentées en son sein, se sont mobilisées depuis le mois d’avril pour faire entendre la parole des publics qu’ils accompagnent sur la question centrale de l’accès à l’emploi et du maintien dans l’emploi.
Ces groupes se sont réunis le 5 juillet 2019 à la Maison des sports de Tomblaine (54) afin de mettre en commun leurs réflexions, et de co-construire un avis, en s’appuyant sur leur expérience de vie. Les participants sont issus de différents horizons et structures liés aux trois associations de tout le Grand Est. Autour de travaux en groupes ou collectifs, la démonstration a été faite que l’emploi reste le principal facteur d’intégration dans la vie sociale.

Freins et leviers

Les propos des participants montrent en effet le contraste très fort qui peut exister dans le vécu des personnes lorsqu’elles ont un emploi « On peut se permettre de se faire plaisir, on se sent valorisé, en sécurité et indépendant » et lorsqu’elles en sont dépourvues « On se sent en marge de la société et on a peur d’avoir des soucis avec la banque, ou même de ne pas pour pouvoir manger ou payer ses factures. Il faut se justifier sans cesse ce qui est démoralisant et fatiguant ».

Ecoute, respect et confiance

« On est mis dans des cases » : les personnes présentes ont fortement exprimé leurs attentes d’être écoutées et surtout entendues par rapport à leurs aspirations professionnelles. Elles souffrent en effet de se voir imposer des voies de formation ou d’emploi ne correspondant pas à leurs souhaits, et le perçoivent comme un manque de confiance vis-à-vis de leurs capacités. A ce titre, un effort des employeurs est sollicité pour l’adaptation du cadre de travail dès la reprise d’activité afin de favoriser leur intégration, en reconnaissant à sa juste valeur leur motivation pour se maintenir dans l’emploi.

Des solutions individuelles et collectives ?

En matière d’emploi, l’accompagnement socio-professionnel des publics par les associations et les acteurs de l’emploi est primordial. Le travail partagé par le biais de groupement d’employeurs est souvent cité, aussi bien que le parrainage pour transmettre les codes dans l’entreprise et permettre l’intégration, dans et hors de celle-ci. Elle devrait passer aussi par des formations à l’utilisation d’internet ou au français pour les étrangers.
En termes de solidarité, les initiatives coopératives dans les territoires qui peuvent permettre de lever les freins périphériques à l’emploi que peuvent représenter la mobilité, la garde d’enfant, le logement etc., devraient être favorisées. Enfin, est évoquée la création d’espaces de rencontres et d’échanges dans le cadre d’activités professionnelles, sportives ou culturelles, entre employeurs et demandeurs d’emploi, espaces où les préjugés, réciproques, pourraient enfin tomber…

Alsace,Champagne-Ardenne,France,Grand Est,Lorraine,