Petites villes : Pour un nouveau contrat territorial

Les élus des petites villes de France (APVF) ont noté le souhait du Président de la République de préserver les services publics sur les territoires.

Logo de l'association des petites villes de France
Logo de l’association des petites villes de France

Les élus de l’Association des petites villes de France que préside Christophe Bouillon, député de Seine-Maritime et maire honoraire de Canteleu ont écouté avec beaucoup d’attention les propos du Président de la République.
Outre l’annonce de plusieurs mesures sociales qui ont confirmé « l’état d’urgence économique et sociale du pays », les élus des petites villes ont noté les propos du Président de la République concernant la présence des services publics sur les territoires et notamment au sein de « l’arrière-pays ».
Cette prise de conscience est salutaire mais elle doit absolument se traduire par des engagements précis du gouvernement en matière d’implantation des services publics, tout particulièrement dans le domaine de la santé et de la mobilité. Dans ces domaines comme dans d’autres, la technostructure ne doit plus pouvoir imposer ses décisions unilatéralement en totale déconnexion des besoins et de la réalité des territoires.

Le dialogue républicain

D’autre part, le Président a fait le constat que les maires demeurent des interlocuteurs incontournables de l’Etat et des médiateurs indispensables pour renouer un dialogue républicain apaisé entre les citoyens et les pouvoirs publics. Leur rôle central doit être maintenant conforté par des conditions d’exercices modernisés et des marges de manœuvre financières retrouvées.
L’APVF confirme que les élus de petites villes sont disponibles pour s’investir dans le grand débat national qui va s’ouvrir dans les territoires et qui doit déboucher sur un nouveau contrat entre l’Etat et les collectivités locales permettant de réduire résolument les fractures territoriales.