Monde

Production mondiale de vin 2019 dans la moyenne

Après un volume de production de vin exceptionnellement élevé en 2018, la production mondiale 2019 estimée à 263 millions d’hl est revenue au niveau moyen de ces dernières années indique l’OIV. En France on note une baisse de -15%.

Organisation internationale de la vigne et du vin
Organisation internationale de la vigne et du vin (OIV)

• Des conditions climatiques défavorables ont eu un impact significatif en Italie, en France et en Espagne, ce qui a entraîné des productions inférieures à la moyenne. Le Portugal est le seul pays de l’UE à avoir une production de vin supérieure à celle de l’année dernière. • Légère baisse de la production de vin attendue aux États-Unis.
• En Amérique du Sud, la production de vin a diminué par rapport à 2018, notamment en Argentine et au Chili.
• L’Afrique du Sud enregistre un niveau de production inférieur à la moyenne pour la deuxième année consécutive.
• L’Australie et la Nouvelle-Zélande affichent des niveaux de production légèrement inférieurs à ceux de 2018.

La production dans le monde en 2019

La production mondiale de vin en 2019 (à l’exclusion des jus et des moûts) est estimée entre 258 et 267 Mio hl, avec une estimation de milieu de fourchette à 262,8 Mio hl.
La production vinifiée 2019 baisse de 10% par rapport à l’année précédente. Bien que cet écart de 30 Mio hl semble significatif, le niveau de production de 2019 est en ligne avec les niveaux de production observés pour la période 2007-2016 (à l’exception de 2013). Après deux années consécutives qui peuvent être définies comme extrêmement volatiles, 2019 ramène la production de vin à des niveaux moyens.

Dans l’Union européenne (UE)

L’Espagne en tête des surfaces cultivées (DR)
L’Espagne en tête des surfaces cultivées (DR)

Dans l’Union européenne (UE), des conditions météorologiques défavorables, du gel à la sécheresse, ont eu un impact significatif sur la production de vin de 2019, qui est inférieure à la moyenne. Le volume de production évalué à 156,0 Mio hl (représentant 60% de la production mondiale) est inférieur d’environ 15% à celui de l’année précédente. Il s’agit d’une baisse significative de 26,7 Mio hl par rapport à 2018 (182,7 Mio hl).
À quelques exceptions près, les estimations préliminaires pour la production de vin pour 2019 sont inférieures à la moyenne dans les principaux pays de l’UE. Par rapport au volume de production exceptionnellement élevé en 2018, il y a une baisse de -15% en Italie (46,6 Mio hl), -15% en France (41,9 Mio hl) et -24% en Espagne (34,3 Mio hl). Cela s’explique principalement par des conditions météorologiques aléatoires, notamment un printemps très froid et pluvieux suivi d’un été extrêmement chaud et sec.
Cette contraction par rapport à 2018 est enregistrée dans la plupart des pays de l’UE. Cependant, alors qu’en Italie, en France et en Espagne (qui représentent ensemble 80% de l’UE), la production est faible non seulement par rapport à 2018 mais aussi par rapport à leur dernière moyenne quinquennale, d’autres pays comme l’Allemagne (9,0 Mio hl, -12% /2018), l’Autriche (2,6 Mio hl, -4%/2018) , la Roumanie (4,9 Mio hl, -4%/2018) et la Hongrie (3,2 Mio hl, -6%/2018) affichent des niveaux de production alignés ou même supérieurs à leur dernière moyenne quinquennale.
Le Portugal, avec 6,7 Mio hl en 2019, est le seul pays de l’UE avec une production de vin plus importante que l’année précédente (+10%/2018) et au-dessus de sa moyenne quinquennale (+4 %).

Hémisphère nord, en dehors de l’UE

En dehors de l’UE, la production de vin en 2019 est élevée dans des pays comme la Russie (6,0 Mio hl, +7%/2018) et la Géorgie (1,8 Mio hl, +1%/2018). Bien que plus faible que l’an dernier, le volume de production en Suisse (1,1 Mio hl, -6%/2018) est supérieur de 10% à la moyenne observée sur la période 2014-2018.
Les États-Unis, qui représentent environ 12% de la production de l’hémisphère nord, avec une estimation préliminaire à 23,6 Mio hl de production de vin (-1%/2018), enregistrent un niveau élevé de production pour la quatrième année consécutive. Ce chiffre est basé sur les prévisions sur les vendanges, ce qui pourrait être sensiblement revu dans les mois à venir lorsque plus d’informations seront disponibles.

Hémisphère sud

Dans l’hémisphère sud, où les récoltes ont pris fin début 2019 et donc les chiffres préliminaires sur la production de vin ont tendance à être plus précis et fiables à cette période de l’année, le scénario pour 2019 est en quelque sorte similaire à celui de l’hémisphère Nord, avec une production de vin généralement inférieure à l’année précédente, mais globalement en ligne avec la moyenne quinquennale et représentant environ 20 % de la production mondiale.
L’Amérique du Sud est la région de l’hémisphère sud qui enregistre la plus forte baisse par rapport à la production élevée de 2018. En Argentine, la production de vin en 2019 devrait atteindre 13,0 Mio hl (-10%/2018). Le Chili, avec 11,9 Mio hl, enregistre une baisse de 7% par rapport à 2018 et une augmentation de 8% par rapport à la moyenne quinquennale précédente. Le Brésil, après deux années consécutives au-dessus de 3 Mio hl, a un volume de production de vin estimé à 2,9 Mio hl, soit plus de 10% de plus que sa moyenne quinquennale.

vignoble (creative commons)
vignoble (creative commons)

En Afrique du Sud, où la sécheresse a eu un impact significatif sur les récoltes, la production de vin est estimée à 9,7 Mio hl. C’est le seul grand pays producteur qui, pour la deuxième année consécutive, enregistre un volume de production inférieur à la moyenne (-9% par rapport à la moyenne quinquennale).
En Océanie, l’Australie enregistre une légère baisse du volume de production de vin, estimé ici à 12,5 Mio hl (-3% par rapport à 2018 mais globalement en ligne avec sa moyenne quinquennale). En NouvelleZélande, la production de vin enregistre pour la quatrième année consécutive un chiffre proche de 3,0 Mio hl en 2019 (-1%/2018).

Monde,