La France a-t-elle frôlé le black-out la semaine dernière ?

Vingt-deux sites industriels ont été déconnectés pendant quelques minutes du réseau RTE (transport d’électricité) le 7 octobre 2019 vers 21 heures, évitant ainsi une méga panne de courant.

Haute tension. Nicolas Vigier/Flickr
Haute tension. Nicolas Vigier/Flickr

L’information est passée quasiment inaperçue. Mais il s’en est fallu de peu pour que toute la France ne soit plongée dans le noir, lundi 7 octobre 2019 vers 21 heures.
RTE, le réseau de transport d’électricité, a utilisé le dispositif dit « d’interruptibilité » prévu par la loi NOME (Nouvelle organisation du marché de l’électricité) de 2011 qui permet de couper l’électricité, pendant quelques minutes, à de très gros consommateurs, pour éviter la panne géante, lorsque la production d’électricité est inférieure à la consommation.
Lundi dernier, pour éviter le déséquilibre et maintenir la production, RTE a dû couper l’électricité pendant une dizaine de minutes à 22 sites industriels, gros consommateurs de courant. C’est la deuxième fois que ce dispositif d’urgence est mis en œuvre après celui du 10 janvier 2019.

Baisse de fréquence

Deux causes semblent être à l’origine de cet incident. L’arrêt imprévu de la production d’un réacteur dans la centrale de Gravelines, dans le Nord, et la baisse de fréquence sur le réseau européen.
Dans un communiqué de presse RTE affirme au contraire que « la France n’a pas frôlé le black-out le lundi 7 octobre ». Mais il a « demandé la baisse de consommation immédiate des 22 sites, volontaires et sous contrats » pour « rééquilibrer la fréquence européenne. »
RTE précise : « Cette variation de la fréquence résulte d’au moins deux événements concomitants :
• Régulièrement en automne et en hiver, la variation des programmes d’échange d’électricité entre pays européens entraine une baisse de la fréquence européenne sur certaines heures rondes (particulièrement entre 20h et minuit). Par exemple, côté français, vers 21h, la consommation d’électricité décroit très vite (fin de la pointe de consommation) et la France exporte alors bien plus en quelques minutes.
• Cette baisse de fréquence a été accentuée par un incident technique survenu soudainement sur une centrale de production (-900 MW). »

Cet incident reste cependant très inquiétant à l’approche de l’hiver lorsque le chauffage consomme beaucoup d’électricité.