Grands gibiers : de gros dégâts !

La Confédération paysanne tire la sonnette d’alarme, à Paris sur les dégâts du gibier et les accidents qu’il provoque.

Le gros gibier, et notamment les sangliers, provoquent d'importants dégâts dans les cultures (Photo Confédération Paysanne)
Le gros gibier, et notamment les sangliers, provoquent d’importants dégâts dans les cultures (Photo Confédération Paysanne)

Une quarantaine de paysan-ne-s de la Confédération paysanne venus de 35 départements différents ont participé à une action ce mercredi 26 septembre sur les pelouses des Invalides à Paris pour interpeller les pouvoirs publics sur la situation catastrophique que vivent les paysan-ne-s qui n’en peuvent plus de voir leur travail saccagé par les grands gibiers, dont le sanglier. Ces populations sont hors de contrôle depuis 15 ans !
Lors de la réunion du « comité de lutte contre les dégâts de gibiers » le 6 septembre dernier au ministère de la Transition écologique et solidaire, la Confédération avait appelé l’État et la Fédération nationale des chasseurs de France (FNC) à assumer leurs responsabilités face aux conséquences économiques et sanitaires de ces surpopulations.

Surtout les sangliers

Pour rappel, la Confédération paysanne n’a pas signé, contrairement à la FNSEA l’accord d’indemnisation des dégâts avec la FNC en 2012, accord très défavorable aux paysan-ne-s puisqu’il a aggravé la prise en charge de l’indemnisation.

La Confédération paysanne demande donc que soient appliqués de manière concomitante :

– le classement en « nuisible » du sanglier sur l’ensemble du territoire ;
– l’interdiction totale d’agrainage et d’affouragement ; – l’augmentation des tirs et des prélèvements.
Ces mesures doivent être prises sur plusieurs années afin de créer les conditions nécessaires à des prélèvements intensifs pour ramener les populations à un niveau équilibré.
Le monde paysan n’est d’ailleurs pas le seul à être impacté puisque ces dernières années se multiplient les exemples d’accidents ou de dégâts dont nos concitoyens, notamment dans le milieu rural, sont victimes.