Nancy : rififi autour d’un bâtiment labellisé

La « pyramide » posée à l’entrée de Nancy en venant de Toul fait l’objet d’un litige entre le propriétaire, la banque CIC-Crédit Mutuel qui veut la démolir, et un collectif d’architectes qui défend un édifice labellisé Patrimoine du XXème siècle.

Le bâtiment du CIC Laxou est-il promis à la démolition? (photo issue du dossier de labellisation Drac Lorraine)

Le bâtiment sera-t-il détruit et remplacé par un autre « plus adapté à ses besoins futurs » comme l’indique la banque CIC-Crédit Mutuel ?  Ou sera-t-il épargné comme le réclame un collectif d’une centaine d’architectes et de personnalités puisqu’il est labellisé Architecture Contemporaine Remarquable en raison de sa forme originale et de ses caractéristiques architecturales ?
La réponse appartient au préfet de Région qui a présidé le 27 juin 2019 une Commission Régionale du Patrimoine et de l’Architecture (CRPA) à laquelle participaient des représentants de la DRAC Grand Est et des représentants du CIC.
C’était le 27 juin. Depuis, tout le monde attend la décision préfectorale.

Audacieux par sa forme

L’escalier hélicoïdal de l’immeuble (photo Drac Lorraine dossier de labellisation)

Le bâtiment en forme de pyramide est posé à l’entrée de Nancy sur le territoire de la commune de Laxou, en Meurthe-et-Moselle. Il a été construit au tout début des années 70 pour être le siège de la Société Nancéienne de Crédit Industriel Varin-Bernier (SNVB-CIC). Conçu par l’architecte nancéien Jean-Luc André, cet édifice est  » audacieux par sa forme (alvéoles accolées de hauteurs différentes, d’où le nom de pyramide) et par sa structure capable de répondre aux transformations liées à l’utilisation croissante de l’informatique dans les bureaux, expliquent les architectes qui défendent le bâtiment. Il est représentatif de la délocalisation des grands centres administratifs privés et publics à l’extérieur des centres urbains anciens dans le but de gagner de la place et d’accompagner l’extension des métropoles régionales. »
En 2016, ce bâtiment reçoit le label Patrimoine du XXème siècle devenu, depuis, Architecture Contemporaine Remarquable.

Problème de sécurité

Le groupe bancaire souhaite désormais démolir le bâtiment actuel pour reconstruire du neuf. Car il y aurait un problème de structure et d’affaissement des dalles. Donc, un problème de sécurité.
Les architectes réunis au sein du collectif de défense du bâtiment se disent « surpris » de l’argument sécuritaire puisque, disent-ils « le bâtiment est toujours occupé par le personnel de la banque (environ 500 personnes). Et son concepteur, Jean-Luc André, précise : « Les problèmes structurels sont apparus dès le début. Mais l’édifice a trouvé son équilibre. Et s’il y a un problème structurel sur un bâtiment, on a aujourd’hui des techniques pour le corriger. On peut redonner une nouvelle vie à cet édifice emblématique de Nancy. »

Le flou autour d’un label

Le Collectif fait valoir d’autres arguments pour conserver ce bâtiment. Il a été labellisé Patrimoine du XXème siècle en 2016 (Patrimoine Architectural Remarquable aujourd’hui) par l’Etat. Que vaudrait ce label si l’immeuble était détruit ? A quoi bon avoir labellisé une vingtaine de bâtiments dans l’agglomération nancéienne (voir liste jointe) s’ils doivent subir le même sort ?
Mais surtout, le Collectif s’interroge sur la crédibilité des arguments des représentants de la banque qui, par ailleurs, ne fournissent pas le moins document technique justifiant leur choix.
La proposition de compromis faite par le CRPA qui consiste à vouloir conserver un module hexagonal de l’immeuble « pour attester sa mémoire » est techniquement irréaliste et non représentatif de l’identité du bâtiment.
Les architectes aimeraient que soit donnée une nouvelle orientation à cet édifice  » car il n’est pas dégradé au point de perdre l’intérêt ayant justifié ce label.  »
Et même s’il n’est plus adapté aux besoins futurs du CIC-Crédit Mutuel, rien n’interdit ni n’empêche de construire un bâtiment neuf au-dessus du très vaste parking attenant à la pyramide sans qu’il soit besoin de la  »raser ». Il existe bel et bien une solution alternative au développement et à la pérennité du groupe CIV-Crédit Mutuel sur ce site.

Les architectes vont donc continuer à défendre le bâtiment et son label en demandant au ministère de la Culture de lancer une procédure de protection des Monuments Historiques. Ils restent plus que jamais mobilisés pour défendre ce bâtiment emblématique de Laxou qui marque l’entrée de la Métropole de Nancy.

Pétition Bâtiment CIC – LAXOU du 2019-06-24

Fiche des édifices bénéficiant du label Architecture contemporaine remarquable du Grand Est

Dossier labellisation Drac Lorraine