Monde
Partager
S'abonner
Ajoutez IDJ à vos Favoris Google News

Vaccins anti-Covid : des failles dans les essais Pfizer

Dans un article daté du 2 novembre 2021, le très sérieux British Medical Journal révèle qu’un sous-traitant de Pfizer aurait « falsifié des données » au cours des essais cliniques.

Vaccin Covid 19
Vaccin Covid 19 – credit freepik

Un PfizerGate ? C’est bien possible. Alors que les autorités sanitaires et politiques françaises recommandent déjà une troisième dose de vaccin pour les personnes âgées et conseille de vacciner les jeunes de 12 à 17 ans (à partir de 5 ans aux États-Unis !) voilà qu’une lanceuse d’alerte du groupe texan Ventavia, sous-traitant des laboratoires Pfizer, lance un gros pavé dans la marre.
À l’automne 2020, le patron des laboratoires Pfizer annonce à la planète entière la découverte d’un vaccin miracle susceptible d’éradiquer la pandémie de la Covid-19. Dans la foulée, de nombreux pays achètent des milliards de doses qui sont peu à peu injectées aux populations. Le vaccin, dit-on alors, est sûr à 96% !

Licenciée le jour-même !

La rapidité avec laquelle ce vaccin Pfizer a été obtenu a surpris la communauté scientifique. Cette rapidité a-t-elle été obtenue au détriment de la sécurité des patients ? C’est que l’on est tenté de croire après les révélations d’une ancienne chercheuse de Ventavia Research Group (VRG), chargé par Pfizer de procéder aux essais cliniques sur un millier de patients, le vaccin Pfizer étant évalué par ailleurs sur un total d’environ 44.000 personnes dans le monde.
La directrice régionale de VRG affirme au journal BMJ que « l’entreprise a falsifié des données, employé des vaccinateurs insuffisamment formés et tardé à assurer le suivi des effets indésirables dans l’essai pivot de phase III de Pfizer. »
Elle ajoute : « Le personnel chargé des contrôles de qualité était submergé par le nombre de problèmes qu’il découvrait ».
Elle évoque d’autres manquements, comme le fait que les vaccins n’aient pas été conservés à la bonne température.
Ces problèmes ont été signalés à Ventavia par la directrice régionale, Mme Brook Jackson. Elle a aussi envoyée un mail à la puissante Food and Drug Administration (FDA). Elle a été licenciée le jour-même !

Des photos, des vidéos, des courriels

Mme Jackon qui a travaillé peu de temps pour Ventavia, a cependant plus de 15 ans d’expérience dans la recherche d’essais cliniques. Elle a été effarée par la façon dont le labo était géré. Elle a fourni au BMJ des dizaines de documents internes de l’entreprise, des photos, des vidéos et des courriels pour preuve de ses affirmations.
En ce qui concerne la FDA et les essais cliniques, Elizabeth Woeckner, présidente de Citizens for Responsible Care and Research Incorporated (CIRCARE), affirme que la capacité de surveillance de l’agence manque cruellement de ressources. Si la FDA reçoit une plainte concernant un essai clinique, elle affirme que l’agence dispose rarement du personnel nécessaire pour se rendre sur place et procéder à une inspection. Et parfois, la surveillance intervient trop tard.
Ça fait peur !

L’article du British Medical Journal

Amérique du Nord Europe France Monde