France
Partager
S'abonner
Ajoutez IDJ à vos Favoris Google News

Affaire Griveaux : La justice à la recherche de complicités

Piotr Pavlenski et Alexandra de Taddeo ont été mis en examen pour « atteinte à l’intimité de la vie privée » et placés sous contrôle judiciaire. Mais l’enquête continue pour rechercher d’éventuels complices.

Piotr Pavlenski, sa compagne et l’avocat Juan Branco (capture Twitter)

Après 48 heures de garde à vue et une nuit passée au dépôt du Palais de justice de Paris, Piotr Pavlenski, 35 ans, un activiste russe qui se présente comme ‘’artiste’’ et sa compagne Alexandra de Taddeo, 29 ans, étudiante en droit originaire de Metz, ont été présentés à un juge d’instruction dans le cadre de l’information judiciaire ouverte par le parquet de Paris. Tous deux sont soupçonnés d’être à l’origine de la diffusion au cours du week-end dernier de vidéos à caractère sexuel de Benjamin Griveaux alors candidat à la mairie de Paris.
Le couple doit répondre « d’atteinte à l’intimité de la vie privée par enregistrement ou transmission de l’image d’une personne présentant un caractère sexuel » et « diffusion sans l’accord de la personne » (des mêmes images).
Une autre information judiciaire a été ouverte à l’encontre de Piotr Pavlenski « violences avec arme » commises à Paris durant la nuit de la Saint-Sylvestre 2019 lors d’une soirée organisée par l’avocat Juan Branco, auteur d’un brûlot contre la Macronie « Crépuscule ».

Une liaison amoureuse

Au cours de son interrogatoire à la Brigade de répression de la délinquance contre les personnes (BRDP) Piotr Pavlenski a réaffirmé avoir agi dans l’affaire Griveaux « pour des raisons purement politiques ».
Quant à Alexandra de Taddeo, elle a reconnu être la destinataire de ces vidéos remontant à mai 2018 et avoir eu une liaison amoureuse avec Benjamin Griveaux durant quelques mois. Mais elle a nié être à l’origine de leur diffusion.
Cependant, l’affaire n’est pas bouclée. En effet, Juan Branco, cet avocat-essayiste proche des Gilets jaunes et de la France Insoumise, fait l’objet d’une « enquête déontologique » de ses pairs après que le parquet de Paris l’a soupçonné un possible conflit d’intérêts avec Pavlenski.
On sait en effet que Juan Branco a « déconseillé » à son ami et éventuel client de diffuser les vidéos litigieuses. Mais quel a été son rôle précis dans cet embrouillamini ? C’est ce que la justice aimerait éclaircir. Le juge d’instruction va devoir rechercher le ou les complices de Piotr Pavlenski et Alexandra de Taddeo dans le cadre de l’information judiciaire ouverte ce 18 février 2020 par le parquet de Paris.
D’un point de vue politique, l’affaire Griveaux est terminée. D’un point de vue judiciaire, elle ne fait que commencer.

France,