Île-de-France

Balkany : de la mairie à la prison

Point-de-vue. La justice a frappé fort. Patrick Balkany, maire LR de Levallois, est condamné à quatre ans de prison ferme avec incarcération immédiate. Son épouse, Isabelle, écope de trois ans de prison ferme, sans mandat de dépôt.

Patrick Balkany écope de quatre ans de prison (wikipedia)

Il est des vendredis 13 qui portent la poisse. Et même s’il ne faut jamais se réjouir du malheur des autres, on se dit que le couple Balkany a quand même bien cherché les ennuis qui lui valent aujourd’hui une lourde peine.
Patrick Balkany, 71 ans, maire de Levallois et son épouse Isabelle, 72 ans, son adjointe à la mairie, ont été reconnus coupables de fraude fiscale par le tribunal correctionnel de Paris. Après un procès très médiatisé au cours duquel Patrick Balkany a fanfaronné, écope de quatre ans de prison ferme. Il dormira ce soir à la prison de la Santé, dans le quartier des « personnes vulnérables ».
Isabelle Balkany, 72 ans, a été condamnée à trois ans de prison ferme mais sans mandat de dépôt en raison de son état de santé. Tous deux sont en outre condamnés à 10 ans d’inéligibilité et 10 ans d’interdiction de gérer une société.
Le tribunal a suivi les réquisitions du Parquet National Financier qui avait qualifié Patrick Balkany de « grand fraudeurs fiscal » lui reprochant de n’avoir pas payé l’impôt sur la fortune (ISF) entre 2010 et 2015 ou d’avoir sous-évalué ses revenus. Au total, les sommes soustraites au fisc sont estimées à plus de 4 millions d’euros d’impôts sur le revenu et la fortune, ce que les Balkany contestent.

Le baron des Hauts-de-Seine

Le mandat de dépôt est une humiliation inutile » a déclaré l’avocat du couple, Eric Dupond-Moretti en annonçant son intention d’interjeter appel.
Reste que les Balkany y sont allés un peu fort dans la fraude à grande échelle. En ces périodes de contestation portées depuis des mois par les Gilets jaunes et leur demande de plus d’égalité sociale et démocratique, le tribunal correctionnel ne pouvait pas ne pas frapper un grand coup. Pour l’exemple, sans doute. Mais aussi parce que le baron des Hauts-de-Seine, maire depuis des années d’une commune cossue de la région parisienne, se comporte depuis trop longtemps comme un personnage odieux et hautain comme si la justice ne pouvait pas atteindre.
Le coup est rude. Mais les Balkany n’en ont pas fini avec la justice puisque le 18 octobre 2019, un second jugement doit être rendu dans une affaire de blanchiment et de corruption pour laquelle le parquet a requis contre le maire de Levallois sept ans de prison et la confiscation de tous ses biens.

France,Île-de-France,