France

Plateau des Mille Etangs (70) : une pétition contre un projet de carrière

Au cœur du Parc Naturel des ballons des Vosges : l’association de sauvegarde des Mille Etangs lance une pétition pour refuser le saccage !

Sauvegarde du plateau des Mille Etangs (Haute-Saône) (photo Change.org)

Ce projet consiste à exploiter pour une durée de 30 ans une carrière à ciel ouvert de roches volcaniques sur une surface totale de 13 ha pour une production annuelle de 200 000 tonnes et maximale de 250 000 tonnes par an.

Les Vosges Saônoises

Les multinationales Eqiom (ex-Holcim/Lafarge, filiale de CRH, multinationale basée en Irlande) et Vinci (via sa filiale GDFC, ex-Eurovia) sous le nom d’un consortium « Société des Carrières de Ternuay », dont ils possèdent la majorité des parts, veulent raser une montagne en ouvrant une carrière de porphyre à Ternuay, dans les Vosges Saônoises.
Malgré un premier refus de la Justice, les promoteurs de ce projet reviennent à la charge. Une nouvelle enquête publique est réalisée pour conduire cette troisième demande d’exploitation des gisements de ce site. Cette enquête d’une durée d’un mois, (jusqu’au 8 Novembre) doit permettre à Madame la Commissaire-Enquêtrice de donner un avis consultatif avant la décision du Préfet.

La faune et la flore menacées

Or, l’association de Sauvegarde des Mille Etangs remue mobilise l’opinion pour refuser ce projet qui serait destructeur pour le site. Voici ses arguments.

Impact écologique

Les chiffres parlent d’eux-mêmes : 24 espèces protégées (identifiées lors du classement en Zone naturelle d’intérêt écologique, faunistique et floristique – ZNIEFF, catégorie II) sont directement menacées par le projet, dont des espèces emblématiques de nos campagnes : hérisson, chouette hulotte, grenouille rousse, pic épeiche, triton palmé.
Ces espèces vivent sur le terrain prévu de l’exploitation, s’y ajoutent les espèces peuplant les ruisseaux et terrains aquatiques alentours : particulièrement les écrevisses et libellules.
Au-delà de la faune, la flore est aussi menacée, le site contient une érablaie à scolopendre, une configuration extrêmement rare sur ce type de sol. Le site est aussi proche de plusieurs structures géologiques remarquables : le verrou glaciaire de Servance, le kettle de l’étang des Rondes Planches ainsi que le Saut de l’Ognon.

Intérêt économique

Cette carrière a pour but d’extraire des roches volcaniques (essentiellement du porphyre, roche de haute qualité). Or, les besoins locaux sont déjà couverts de manière excédentaire par les extractions réalisées pour le même type de roche dans les carrières du département : l’une située à Amont-et-Effreney, à moins de 15 km de l’emplacement prévu pour la nouvelle zone d’extraction, dans la même communauté de communes ; l’autre, à Lepuix-Gy (à 30 kilomètres) tourne à moitié de sa capacité par manque de demande. Comble de l’aberration du projet de Ternuay : la capacité inexploitée de Lepuix-Gy correspond exactement à la capacité demandée pour l’ouverture de la carrière de Ternuay.

Impact économique et touristique

Ce patrimoine environnemental n’est pas seulement un trésor écologique mais aussi un moteur revitalisant pour cette zone de ruralité qui a gagné en notoriété grâce notamment au Tour de France avec la montée de la Planche des Belles Filles, dont le passage en 2020 sera le cinquième en moins de dix ans.
Alors que le secteur s’oriente sur une politique économique basée sur le tourisme vert : randonnées pédestres, équestres et cyclistes, ce projet de carrière menace les efforts de valorisation du secteur. En effet, en plus de mener vers les Belles-Filles, les routes qu’emprunteraient les camions font partie de plusieurs autres circuits cyclistes, dont particulièrement le tour des trois ballons (course sportive) et la boucle de la petite Finlande (boucle cyclo-touristique très populaire).
Que valent, les emplois liés au tourisme ? Combien disparaitront définitivement ? Combien seront menacés sur du plus long terme ? Aucune étude n’a jugé bon de déterminer cet impact, ce sujet étant passé sous silence. Quelles conséquences, par exemple, pour le couple de jeunes maraîchers orientés permaculture dont les récoltes se situent en contrebas du site envisagé ?

Un danger connu des élus

Les élus locaux, quelle que soit leur opinion, connaissent la menace que représente ce projet. Le compte-rendu de la mairie de Mélisey, dont le maire, Régis Pinot, est aussi président de la Communauté de Commune concernée par le projet, est le plus révélateur :

Considérant les risques d’accident liés à l’augmentation du trafic des poids lourds […] :
– avec un accroissement de la dangerosité lors de la traversée du village,[…], à la sortie des écoles (200 élèves) , du Collège (400 élèves),[…].
– un accroissement de la dangerosité pour les piétons et cyclistes

[Sur le sujet du cyclisme, notons ici que Monsieur le Maire, Régis Pinot, est le père du champion cycliste Thibaut Pinot.]

Considérant les risques liés à la santé et au bien-être, notamment par la pollution de l’air aux particules fines (camions), la pollution sonore, la pollution visuelle, la poussière, les tirs de mines, les nuisances diverses pour les riverains, […],
Considérant le cadre de vie dénaturé,
Considérant la destruction d’une zone protégée : patrimoine naturel endommagé et pollué, la destruction d’un habitat remarquable classé en ZNIEFF, la perte d’un patrimoine géologique remarquable, la modification du milieu naturel propice à la faune et à la flore,
Considérant l’impact sur l’économie locale et l’incompatibilité avec les choix locaux et départementaux de développement du tourisme vert notamment
– la perte d’image du secteur des Mille Étangs,
– la perte d’attractivité du territoire, – l’impact sur le tourisme (projet de développement du cyclotourisme, circuit équestre jouxtant la carrière), les commerces, l’artisanat, les transactions immobilières
– l’incohérence avec les lourds investissements consentis par les collectivités pour l’aménagement de la Planche des Belles filles, la création de l’espace nature culture, l’ouverture de circuits de randonnée et de cyclotourisme,
Le Conseil Municipal émet un avis défavorable à l’ouverture de cette carrière.

Sources :
Etude d’impact (haute-saone.gouv.fr)

Résumé non technique du projet (haute-saone.gouv.fr)

Carte des communes adhérentes au parc naturel des Vosges

Compte-rendu du Conseil Municipal de Mélisey

Signer la pétition ici

Bourgogne Franche-Comte,France,