France
Partager
S'abonner
Ajoutez IDJ à vos Favoris Google News

17 juillet : fin de la phase principale de Parcoursup

L’accompagnement personnalisé et la phase complémentaire se poursuivent.

logo de la plateforme Parcoursup

Conformément au calendrier de la procédure, la phase principale d’admission dans l’enseignement supérieur s’achève le 17 juillet.
A ce jour, près de 585 000 bacheliers ont reçu au moins une proposition d’admission, soit 88,2% d’entre eux. Ce taux est stable par rapport à l’année dernière en dépit de l’augmentation du nombre de lycéens qui se sont inscrits cette année sur la plateforme. L’ensemble de ces candidats ayant accepté une proposition effectuent désormais leur inscription administrative.

Jusqu’à fin septembre

Depuis le 8 juillet, les lycéens qui n’ont pas reçu de proposition d’admission sont appelés individuellement pour faire le point sur leur projet, leur présenter les opportunités de la phase complémentaire et les inviter à solliciter l’accompagnement des commissions d’accès à l’enseignement supérieur (CAES). 9 500 bacheliers en ont déjà fait la demande et sont actuellement accompagnés par la CAES de leur académie. Pour rappel, les CAES pilotées par les recteurs réunissent l’ensemble des acteurs de l’enseignement secondaire, supérieur et les CROUS. Ces commissions accompagnent individuellement les lycéens qui les sollicitent jusqu’à la fin de la procédure en septembre.
Ces échanges permettent également de vérifier que, comme chaque année, de nombreux lycéens sont engagés dans d’autres projets (inscription dans une formation hors Parcoursup, études à l’étranger, service civique, accès à l’emploi…) et ne sont plus intéressés par la procédure.

Des solutions aux jeunes

Cette mobilisation s’inscrit également dans le cadre des priorités annoncées par le Président de la République et le Premier ministre pour apporter des solutions aux jeunes. A ce titre, des créations de places sont prévues dans les filières les plus demandées : plus de 3 000 places en BTS sont déjà prises en compte et des discussions sont en cours entre les recteurs, les présidents d’universités et les autres acteurs de l’enseignement supérieur afin d’identifier des créations de places supplémentaires. D’autres mesures du plan de relance, notamment les mesures de soutien à l’apprentissage, pourront être mobilisées pour répondre aux besoins des candidats.
La phase complémentaire se poursuit jusqu’au 13 septembre et permet aux candidats de formuler des nouveaux vœux pour des formations qui ont des places disponibles.

À ce jour, plus de 7 500 formations proposent encore des places vacantes.

France,