Projet européen TANIA avec l’université de Lorraine

Partage d’expériences en matière d’innovation pour le traitement des sites et sols pollués

Dépollution des sols (photo GISFI)
Dépollution des sols (photo GISFI)

L’Université de Lorraine et la Région Grand Est, à travers le GISFI (Groupement d’Intérêt Scientifique sur les Friches Industrielles) sont engagés dans le projet européen INTERREG V – C TANIA (Treating contamination through Nanoremédiation), destiné à partager les expériences européennes en matière d’innovation pour le traitement des sites et sols pollués.
Les 28 et 29 mai 2019, dans les locaux de la présidence de l’université (34 cours Léopold, Nancy), les deux partenaires organisent le prochain temps d’échanges TANIA qui associe des partenaires académiques et des partenaires des collectivités territoriales de cinq régions de pays européens (Crète, Finlande, Hongrie, Italie et France).

Contexte. Le nombre élevé de sites potentiellement contaminés en Europe représente un coût considérable, dont plus de 40% est assuré par des fonds publics. Pour soutenir la gestion durable des sites et sols pollués et permettre leur réintégration dans des cycles économiques et environnementaux, il est indispensable de développer des procédés et filières qui garantissent efficacité et innocuité tout en réduisant les coûts. Or, malgré l’élaboration d’une gamme de procédés innovants durant les dernières décennies, les pratiques les plus courantes font encore appel à un nombre très limité de procédés. En France, le « dig and dump » (excavation, transport et stockage en centre spécialisé) représente toujours près de 50% des opérations de traitement avec des conséquences qui sont en contradiction avec les objectifs de réduction des déchets et des émissions de gaz à effet de serre, dans le cadre de la préservation de la planète pour les générations futures.

Enjeux. Avec l’appui de l’Union Européenne, le projet TANIA vise à :

  • sur la période 2017 à 2019, à dresser un état des lieux des politiques publiques et des techniques innovantes en matière de dépollution des friches,
  • sur la période 2020-2021, à mettre en œuvre les innovations identifiées.

Parmi les solutions innovantes pour la gestion des sites et sols pollués, la nanoremédiation a émergé il y a quelques années. Cette technologie repose sur l’utilisation de nanoparticules qui, injectées dans un sol ou une nappe souterraine, permettent d’accélérer les processus de dégradation des polluants organiques. Elle a fait l’objet de travaux en Europe (e.g. Nanorem) mais, si elle apparaît comme une technique prometteuse pour traiter les pollutions, son adoption effective nécessite encore des investigations. Le projet TANIA permettra aussi la création de nouvelles opportunités pour les entreprises qui se sont engagées dans la nanoremédiation et favorisera à long terme le développement durable et la compétitivité de celles-ci à l’échelle régionale.

Méthode. Le projet TANIA s’appuie sur des échanges interrégionaux et la participation d’acteurs des domaines de la remédiation des sites et sols pollués. Au sein d’une même région, des réunions associant l’ensemble des parties prenantes permettent de développer une approche intégrée de la gestion des sites et sols pollués et de faire apparaître les questions et verrous qui s’opposent à l’innovation. Les échanges entre régions permettent de traiter les questions de politiques publiques, de bonnes pratiques et de solutions qui peuvent être partagées.