Edition du lundi 22 janvier 2018

Budget 2018 : la Région Grand Est engage 2,863 milliards d’euros

La Région Grand Est a adopté en séance plénière, ce vendredi 22 décembre 2017 le Budget Primitif 2018, qui s’élève à 2,863 milliards d’euros, proposé par Jean Rottner. Ce vote a été acquis par 104 voix pour* et 29 voix contre*.

2,8 milliards d'euros pour les citoyens de la Région Grand Est

2,8 milliards d’euros pour les citoyens de la Région Grand Est

 

Le Budget Primitif 2018 de la Région Grand Est s’élève ainsi à 2,863 milliards d’euros, dont 850 millions d’euros consacrés aux dépenses d’investissement. En 2018, les dépenses d’intervention au bénéfice des citoyens de la Région se répartiront autour de cinq priorités :

  • L’emploi : 467 millions d’euros pour renforcer la compétitivité économique et faire du Grand Est une des régions les plus créatives, les plus innovantes et entreprenantes de France. Avec notamment le déploiement opérationnel du Schéma régional de développement économique, d’innovation et d’internationalisation (SRDEII) et ses Pactes Offensives Croissance Emploi, la mise en place d’une agence régionale de l’Innovation et d’un fonds régional de coopération pour la recherche, la promotion de l’artisanat avec le Pacte Artisanat, ou encore le soutien à l’Agriculture et à la Forêt.
  • La jeunesse : 519 millions d’euros seront mobilisés en faveur de l’éducation et de la formation. Il s’agit d’offrir à chaque jeune les meilleures conditions pour se réaliser et s’épanouir dans le Grand Est. La Région poursuivra ses investissements dans les lycées, l’apprentissage, la formation professionnelle, l’enseignement supérieur et l’orientation. Le manuel numérique sera déployé dans cent nouveaux établissements volontaires. La Région encouragera par ailleurs l’entrepreneuriat, l’engagement et la citoyenneté des jeunes.

Mobilité et transfrontalier

La séance plénière était présidée par Jean Rottner (photo région GE)

La séance plénière était présidée par Jean Rottner (photo région GE)

  • Les territoires : 232 millions d’euros seront dédiés à promouvoir tous les territoires, urbains et ruraux, en veillant à leur équilibre à travers notamment le Schéma Régional d’Aménagement, de Développement Durable et d’Egalité des Territoires (SRADDET). En travaillant conjointement avec les communes, les intercommunalités et les départements, la Région entend poursuivre une politique territoriale forte et ambitieuse. Elle poursuivra le déploiement du THD, assumera son rôle de chef de file en matière d’environnement, continuera de soutenir les actions culturelles et sportives et mettra en œuvre le Schéma Régional de Développement Touristique (SRDT) qui permettra d’établir un véritable plan de croissance pour le tourisme.
  • Les mobilités : 867 millions d’euros. Grâce à une offre TER plus étoffée (avec notamment 200 TER supplémentaires par jour sur le réseau Grand Est ainsi que la reprise de 3 lignes de Trains d’Équilibre du Territoire intégrées au réseau TER, représentant 10 % d’offre en plus), de nouveaux matériels roulants, des investissements croissants et des actions concrètes pour encourager la mobilité et l’intermodalité, la Région œuvre au quotidien pour faciliter les déplacements des habitants. Avec sa nouvelle compétence en matière de transports scolaires et interurbains, elle assurera son rôle au plus près des territoires.
  • L’Europe : 103 millions d’euros. La Région souhaite affirmer le caractère transfrontalier et européen du Grand Est. Echanges, économie, mobilités, gestion des fonds européens, etc. l’Europe traverse toutes les politiques régionales. Il s’agit de développer le rayonnement et l’attractivité du Grand Est, tant sur le plan national qu’européen. Pour attirer les investissements et les entreprises dans le Grand Est, la Région s’appuie notamment sur le troisième volet du Programme d’Investissements d’Avenir (PIA3) et le Plan d’Investissement pour l’Europe.

Sans le FN

En 2018, la dotation globale de fonctionnement allouée par l’Etat aux Régions devrait être remplacée par une fraction de la TVA. Cette réforme devrait permettre aux Régions de bénéficier de nouvelles ressources dynamiques mais ne règle pas pour autant la question de l’autonomie fiscale des Régions.  La Région Grand Est se fixe l’objectif d’un niveau élevé d’épargne brute visant les 19 %, ainsi que le maintien d’un endettement annuel réduit à zéro.

  • 104 voix « Pour » : Majorité régionale
  • 29 voix « Contre » : 10 Les Patriotes et 19 Groupe socialiste. Le FN (33 membres) n’a pas pris part au vote.

Lire Aussi