Edition du dimanche 19 novembre 2017

La Région présente l’avant-projet « Mur des noms »

 

Ce monument mémoriel dédié aux victimes, civiles et militaires, alsaciennes et mosellanes de la Seconde Guerre mondiale, incorporées de force dans l’armée allemande ou “mortes pour la France” sous l’uniforme français ou allié, sera construit dans l’enceinte du Mémorial de l’Alsace-Moselle à Schirmeck.

 

Projet du mur des noms

Projet du mur des noms

Avec la volonté de mener une politique mémorielle ambitieuse dans le Grand Est, la Région a soumis un concours d’idées pour la création d’un édifice recensant les noms de l’ensemble des victimes alsaciennes et mosellanes de la Seconde Guerre mondiale. Le cabinet d’architecture FLUOR (maître d’œuvre du projet EU-Phoria) a été retenu pour son projet fidèle à l’esprit patrimonial et mémoriel souhaité par la Région.
Le projet[1] prévoit la réalisation, dans le cheminement d’accès au Mémorial de Schirmeck, d’un mur orienté au sud présentant une pliure verticale. Il se compose de deux parties, la première, plus petite, accueillera l’intitulé du monument, la seconde constitue le « mur des noms », monument sobre et symbolique permettant l’hommage, tant individuel que collectif, aux victimes.

1,2 M€ de travaux

Dans un souci de rassemblement, les architectes ont prévu d’ordonner les noms des victimes par ordre alphabétique, sans catégorisation, sans hiérarchie et sans origine géographique. Ce procédé permet ainsi d’inscrire près de 45 000 victimes. Les 6 000 à 7 000 noms des victimes civiles mosellanes restant à recenser seront portés sur le mur par le biais d’un addendum.
Le monument, de 5 mètres de haut pour 80 mètres de long, sera pourvu d’un éclairage afin de rendre l’édifice visible depuis la vallée et la ville de Schirmeck, dans un souci de mettre en lumière les victimes de la Seconde Guerre mondiale.
Un texte descriptif sur le sort des Alsaciens-Mosellans figurant sur le mur permettra au public d’appréhender les circonstances qui ont conduit à la réalisation de ce monument.
Ces travaux débuteront en mai prochain et s’achèveront fin 2017. Le coût des travaux est estimé à environ 1,2 M€ TTC.
Philippe Richert, Président de Région, Jackie Helfgott, Président de la Commission Tourisme, Conseiller régional délégué à la mémoire, Pascal Mangin, Président de la Commission Culture, et Hervé Schneider, co-fondateur du cabinet Fluor Architecture, ont présenté ce lundi 6 février à Strasbourg, cet avant-projet.

[1] Le projet est calibré pour recevoir les noms alsaciens mais aussi mosellans qui sont seulement en cours de recensement. Ces derniers seront inscrits de manière à faire figurer, dans un premier temps, les victimes militaires déjà recensées, puis les victimes civiles lorsque leur recensement aura été finalisé par les archives départementales de la Moselle.

Lire Aussi