Des tombes juives profanées en Alsace

80 tombes du cimetière israélite de Quatzenheim (67) ont été recouvertes de croix gammées au moment où de nombreux rassemblements sont organisés contre les actes antisémites.

Cimetière israélite ed Quatzenheim (Par © Ralph Hammann - Wikimedia Commons — Travail personnel, CC BY-SA 4.0, )
Cimetière israélite ed Quatzenheim (Par © Ralph Hammann – Wikimedia Commons — Travail personnel, CC BY-SA 4.0, )

« Un acte antisémite odieux » dénoncé « avec la plus grande fermeté » par la préfecture du Bas-Rhin. Ce mardi 19 février 2019, quelque 80 tombes d’un cimetière israélite de Quatzenheim, commune de 780 habitants au nord-ouest de Strasbourg, ont été recouvertes de croix gammées à la peinture bleue et jaunes et, pour certaines, marquées d’inscriptions antisémites en allemand.
Cette profanation ignoble intervient alors que de nombreux rassemblements, à Paris comme en province, visent à dénoncer l’augmentation du nombre d’actes antisémites (+74% en un an).

Enquête de flagrance

Quatzenheim, Jean Rottner
Quatzenheim, Jean Rottner

La profanation du cimetière juif de Quatzenheim a soulevé une vague d’indignation. Comme beaucoup d’autres, le président du Conseil régional Grand Est, Jean Rottner dénonce un acte « inqualifiable ».
Le chef de l’Etat a décidé de se rendre cet après-midi à Quatzenheim avant d’assister au recueillement prévu en fin d’après-midi au Mémorial de la Shoah à Paris.
D’un point de vue judiciaire, le parquet de Strasbourg a ouvert une enquête de flagrance et les gendarmes de la section des recherches ont pour mission d’identifier le ou les auteurs de ce délit.
« L’antisémitisme porte atteinte aux valeurs de la République que tous les Français ont en partage » a rappelé le préfet de région, Jean-Luc Marx. Aucune violence, aucune manifestation de haine ou manifestation d’intolérance ne doit mettre en péril le vivre ensemble. »

Le communiqué de Jean Rottner

« Une nouvelle fois, l’Alsace, terre d’humanité, est le théâtre d’ignobles profanations visant près de 83 tombes du cimetière juif de Quatzenheim.
Le jour même où l’ensemble des partis politiques républicains appellent à des manifestations massives dans tout le pays contre un antisémitisme galopant, les qualificatifs me manquent pour décrire la lâcheté de leurs auteurs mais aussi le dégoût que de tels actes nous inspirent.
Au nom de quelle idéologie, de quelle haine, de quelle « bête infâme » peut-on notamment, en 2019, dans l’anonymat de la nuit, peindre une croix gammée sur une sépulture de 1795 ?
Aujourd’hui, il ne suffit plus de de dénoncer ces faits odieux en Alsace. Il nous faut des actes forts et tout mettre en œuvre pour faire cesser cette funeste série de profanations ou d’agressions.
Il est aujourd’hui nécessaire d’en neutraliser les auteurs.
Il nous faut aussi être plus offensifs, notamment dans l’éducation des plus jeunes, pour contrer les tenants d’un obscurantisme toujours de mise chez certains groupes d’individus qui n’hésitent pas à s’en prendre à ce qu’il y a de plus sacré, les sépultures de nos aînés.
J’adresse toute ma sympathie et je partage la douleur de toute la communauté israélite du Bas-Rhin à qui j’adresse mon plus profond soutien après cet acte ignoble qui s’ajoute à ceux de Herrlisheim, SarreUnion, Cronenbourg et beaucoup trop d’autres… mais aussi à toute la Communauté d’Alsace et plus largement à tous les juifs de France.
Toute mon amitié tout particulièrement à Sylvain WASERMANN, collègue élu du Conseil Régional et ancien Maire de Quatzenheim, personnellement affecté par ce drame. », déclare Jean ROTTNER, Président de la Région Grand Est.