Gilets jaunes : neuvième journée de mobilisation

En attendant la « Lettre aux Français » du président Macron, lundi, et l’ouverture du Grand débat national, mardi, les GJ ont manifesté ce samedi 12 janvier dans de nombreuses villes de France.

Gilets Jaunes, acte 9 (capture euronews)
Gilets Jaunes, acte 9 (capture euronews)

Ils continuent. Pour le neuvième samedi consécutif, les Gilets jaunes ont défilé à Paris, à Bourges, lieu central de rassemblement mais aussi dans les grandes villes du pays. Avec, ici ou là, quelques heurts avec les forces de l’ordre. Et toujours les mêmes revendications : « Macron, démission », « Référendum d’Initiative Citoyenne », « Non au racket fiscal », « plus de justice sociale »….
Quelque 80.000 policiers et gendarmes étaient chargés d’encadrer les manifestants pour éviter les débordements que l’on a connus au cours des semaines passées. Pourtant, à Paris, autour de l’Arc de Triomphe, les CRS ont utilisé gaz lacrymogènes et canons à eau pour disperser les manifestants en fin de cortège. Les policiers ont procédé à une cinquantaine d’interpellations préventives.

Un policier blessé à Bar-le-Duc

Communiqué de la préfecture de la Meuse (twitter)
Communiqué de la préfecture de la Meuse (twitter)

A Bourges, lieu de rassemblement décidé par les GJ en raison de sa position géographique au centre de la France. Ils étaient quelques milliers à défiler dans le calme. Mais lorsque certains manifestants ont voulu s’éloigner du circuit autorisé par la préfecture, ils se sont heurtés aux forces de l’ordre.
En Alsace, c’est vers Strasbourg qu’ont afflué les Gilets jaunes qui s’étaient donné rendez-vous devant le Parlement européen. Plusieurs milliers d’entre eux ont défilé pacifiquement pour crier leur colère.
A Bar-le-Duc (55) lieu de rassemblement pour la Lorraine, où la préfecture de la Meuse annonce la présence d’environ 600 manifestants (plus de 1.500 selon un participant), des heurts ont rapidement éclaté entre GJ et forces de l’ordre. Un policier a été blessé ainsi que deux manifestants.
Des manifestations, il y en a eu encore à Nancy, Metz, Epinal, Besançon, à Montbéliard, mais aussi à Forbach, à Toul, Lunéville…et dans de nombreuses villes du Grand Est.

Du nord au sud

Les Gilets jaunes se sont rassemblés dans toutes les régions de France, du Nord au Sud, pour montrer leur détermination malgré le froid et la pluie de ce mois de janvier. Une façon de dire au président de la République que leur mouvement ne s’essouffle pas. « Nous tiendrons, nous irons jusqu’au bout, jusqu’à ce que nous ayons obtenu satisfaction, affirme Valérie qui, chaque jour ou presque, vient sur un rond-point des environs de Nancy.
La Lettre aux Français ? « On verra bien, mais nous n’attendons pas grand-chose de ce président jupitérien qui décide de tout à la place des Français. »
Le grand débat national prévu dès mardi ? « Du pipeau, plaisante un autre Gilet jaunes qui a participé à tous les rassemblements depuis le 17 novembre 2018. Du pipeau pour gagner du temps. Un écran de fumée pour nous calmer. On l’a dit ce que l’on veut : justice sociale, justice fiscale et Macron démission. C’est pas assez clair ? »
Peut-être pas pour tout le monde…