Grand Est

Nouvelle journée de manif ce samedi 11 janvier 2020

Après celle du jeudi 9 janvier, une nouvelle journée de mobilisation est prévue ce samedi 11 dans toute la France avant trois autres journées programmées les 14, 15 et 16 janvier.

CFDT
Pour la CFDT l’âge pivot à 64 ans, c’est non

Décidément, l’hostilité à la réforme des retraites n’en finit pas de s’éterniser. Plus d’un mois après le début des grèves et manifestations ponctuées par des journées mémorables de mobilisation en décembre 2019 et janvier 2020, les opposants à la réforme des retraites battront une nouvelle fois le pavé, ce samedi 11 janvier à Paris et dans les grandes villes de France.
La journée de vendredi a été marquée par des rencontres entre les principaux représentants syndicaux et le Premier ministre sur la « conférence de financement » proposée par la CFDT dont il n’est pas sorti grand-chose. Ces rencontres ont eu lieu après la diffusion de l’avant-projet de loi du gouvernement sur la réforme des retraites. Un texte sans surprise qui reprend en tous points le rapport de juillet dernier de Jean-Paul Delevoye, le « Monsieur retraite » du gouvernement.

Ligne rouge

On est donc encore loin d’une sortie de crise même si, de part et d’autres de la table des négociations ont se veut optimiste ? Pourtant, les négociations achoppent encore largement sur plusieurs points, dont celui de « l’âge pivot » à 64 ans, une ligne rouge pour les syndicats dits réformistes tels la CFDT ou l’UNSA. Laurent Berger, leader de la CFDT a dit attendre désormais « des actes » de la part d’Edouard Philippe. Ce dernier a annoncé, en fin de soirée, qu’il ferait des propositions concrètes ce samedi 11 janvier.
Quant aux autres syndicats, comme la CGT ou FO, pas question d’accepter de mesurettes. Ils veulent le retrait pur et simple de ce projet tel qu’il est ficelé aujourd’hui.

Gilets jaunes, robes noires

Les manifestations de ce samedi 11 janvier devraient voir défiler cote à cote les syndiqués de la CGT et de FO Mais aussi les Gilets jaunes et les avocats et une kyrielle d’opposants à la réforme des retraites.
Le cortège parisien doit s’élancer en tout début d’après-midi de la gare du Nord pour rejoindre la place de la République.
Des manifestations sont prévues dans toutes les grandes villes de France.
Dans le Grand Est, le site Manif’Est précise :
Ardennes (08)
• Charleville-Mézières :
9h30 : manifestation, rendez-vous devant la DSDEN, 20 rue François Mitterrand
Marne (51)
• Reims :
10h30 : manifestation, rendez-vous place d’Erion
Meurthe-et-Moselle (54)
• Nancy :
10h30 : manifestation, rendez-vous place Dombasle.
Meuse (55)
• Bar-le-Duc :
10h30 : manifestation, rendez-vous devant la gare SNCF.
• Commercy :
10h : manifestation, rendez-vous place du Château.
Moselle (57)
• Metz :
10h30 : manifestation, rendez-vous place de la République.
Bas-Rhin (67)
• Strasbourg :
14h : manifestation, rendez-vous place de la gare.
Haut-Rhin (68)
• Mulhouse :
13h30 : manifestation, rendez-vous place de la Bourse.

Manifestation du samedi 11 janvier 2020 à Nancy

Parcours de la manifestation du 11 janvier 2020 à Nancy

Dans le cadre de la journée nationale d’action du samedi 11 janvier 2020, une manifestation, préalablement déclarée en préfecture, est prévue à Nancy à partir de 10h30 au départ de la place Mathieu de Dombasle.

En parallèle, un arrêté préfectoral définit un périmètre au sein duquel toute manifestation est interdite. Il s’agit d’un périmètre compris entre :
– la rue d’Amerval,
– la rue Saint-Dizier,
– la rue Saint-Georges,
– la rue Bailly,
– la rue Guibal,
– la rue Sainte Catherine,
– la place Stanislas,
– la rue Héré,
– la place Carrière,
– la place de Vaudémont,
– la rue Gustave Simon.
Les personnes qui ne respecteraient pas cet arrêté encourent une contravention de quatrième classe d’un montant de 135€ (article R 644-4 du Code pénal).
Par ailleurs, compte tenu des incidents survenus au cours de précédentes manifestations à Nancy, un dispositif de sécurisation sera déployé afin de garantir l’ordre et la tranquillité publics, mais également le libre accès au centre-ville.
Eric Freysselinard, préfet de Meurthe-et-Moselle, rappelle que si manifester est un droit fondamental protégé par la loi, il doit cependant être concilié avec d’autres libertés essentielles comme celle d’aller et venir et avec le respect de l’ordre public.

France,Grand Est,