France

« Tout va bien », estime Anne Roumanoff

L’humoriste monte sur la scène de L’Olympia à Paris, d’où son spectacle sera diffusé en direct, lundi 16 décembre, dans 183 cinémas en France et en Belgique.

Après Le Casino de Paris au début de l’année, puis une tournée dans toute la France, Anne Roumanoff sera sur la scène de L’Olympia et en même temps dans 183 salles de cinéma.

Après Le Casino de Paris au début de l’année, puis une tournée dans toute la France, Anne Roumanoff sera sur la scène de L’Olympia à Paris les 16, 17 et 18 décembre 2019. Son nouveau spectacle intitulé « Tout va bien » sera notamment diffusé en direct dans 183 cinémas en France et en Belgique, le lundi 16 décembre à 20h30. Un spectacle au titre ironique bien sûr : « La période est assez anxiogène, raison de plus pour en rire. En ce moment, les sujets d’inspiration ne manquent pas, c’est sans doute pour ça qu’il y a de plus en plus d’humoristes, on ne fait pas rire avec le bonheur », estime Anne Roumanoff.

Au programme de « Tout va bien » : les réseaux sociaux, Emmanuel Macron, le politiquement correct, les femmes divorcées, la start-up nation, les sites de rencontres, le culte de l’apparence… « C’est un spectacle très ancré dans l’époque », assure l’humoriste, « Je parle de la vie quotidienne, j’aborde des thèmes de société (le mouvement « balance ton porc ») et j’évoque bien sûr l’actualité politique récente (gilets jaunes, grèves…) dans le sketch du bistro. Je crois que je pratique un humour plein d’humanité et de générosité. J’envoie des tacles mais il n’y a pas de cynisme, les spectateurs ressortent le sourire aux lèvres. Plus le temps passe, plus j’ai du plaisir à être sur scène et je crois que les spectateurs le ressentent ».

« C’est une chance de vivre de sa passion »

Avec cette diffusion dans les cinémas, la séance du 16 décembre sera donc spéciale : « C’est sûr que ça met un peu la pression. Je me prépare à fond pour cette soirée, j’ai fait un régime, je me suis mise au sport (modérément je vous rassure) et surtout je vais donner le meilleur de moi-même », dit-elle.

L’artiste, qui a démarré ce métier en 1987 à 22 ans, est omniprésente, sur scène, en tournée, à la radio (sur Europe 1, de 11h à midi), dans la presse (une chronique dominicale dans le Journal du Dimanche), l’édition (« Divorcée et heureuse », aux Editions du Cherche-Midi)… « J’adore mon métier. C’est un privilège extrême de pouvoir s’exprimer en toute liberté. Plus ça va, plus j’en ai conscience », estime Anne Roumanoff, « C’est vrai que je travaille beaucoup, ce qui est le cas aussi de beaucoup de gens qui ne sont pas artistes. Je trouve toujours ça un peu exaspérant les artistes qui se plaignent d’être fatigués, c’est une chance de vivre de sa passion ».

« Tout va bien », Anne Roumanoff à L’Olympia les 16, 17 et 18 Anne Roumanoff, diffusion des 183 cinémas le lundi 16 décembre, liste des cinémas sur https://www.cgrevents.com/programmation/anne-roumanoff-tout-va-bien#cinemas

« Je crois que je pratique un humour plein d’humanité et de générosité. J’envoie des tacles mais il n’y a pas de cynisme », estime Anne Roumanoff.
France,