Le Guide Michelin, une imposture française ?

Point-de-vue. Dans un article acidulé, Thibault Leclerc ne mâche pas ses mots pour dire ce qu’il pense du fameux livre rouge qui distribue et enlève des étoiles aux meilleurs restaurants et à leurs chefs.

Compétition de chefs (Photo on Visualhunt.com)
Compétition de chefs (Photo on Visualhunt.com)

Par Thibault Leclerc

Beaucoup d’appelés…

Ça y est, il est sorti ! Avec un tel brouhaha médiatique que l’on en oublierait que ce qui fut une institution n’est plus que l’ombre d’elle-même.
Comme d’habitude, hélas, quelques chefs ont fait les frais et on a donné leurs noms en pâture pour faire croire que le travail était bien fait !
Ainsi donc Marc Veyrat ne sait plus faire la cuisine ? Alain Dutournier non plus ! @Jean François Piège ne fait pas partie des plus grands chefs français …. Qui peut sérieusement soutenir de telles âneries ? Tout cela prêterait à en rire s’il n’y avait les larmes de @Marc Haeberlin pour nous rappeler les enjeux économiques qui sont derrière.

Mais peu d’élus…

Dans le même temps, Ducasse aligne 18 étoiles … et pourquoi pas 36 ? Posez la question à ses hologrammes car lui cela fait longtemps qu’il a déserté les cuisines.
Ne devrait-on pas mettre en avant ceux qui font la cuisine à sa place ??
Quant aux chefs qui ne veulent plus y figurer pour ne plus être dupes de la farce, il faut les y mettre quand même sinon quelle crédibilité peut-on encore revendiquer ?
Le guide fait son marketing sur le dos des chefs. Encore faut-il qu’ils l’acceptent. C’est ce qu’avait bien compris @Paul Bocuse qui du fond de son arrière cuisine veillait encore au grain. Chacun savait que d’un coup de griffe le vieux lion pouvait terrasser le tigre de papier rouge. Et non l’inverse….

Le guide Michelin c’est un peu comme le Beaujolais nouveau.

Le guide rouge c’est un peu comme le beaujolais nouveau. Ce n’est pas bon, cela fait mal au ventre mais cela fait partie du décor. On en oublie que cela masque l’excellence des 10 crus du beaujolais, et que les ventes actuelles sont sans rapport avec ce qu’elles furent. Alors cela paraît immuable et on ne fait pas attention au fait que chaque année l’édifice est un peu plus vermoulu.
On est déconnecté de la nouvelle génération ? Pas grave, on prend 40% du Fooding pour se refaire une virginité !! Personne ne semble remarquer le côté incongru de la chose !! À quand un mariage Dior et Camaïeu ???

Juge et partie

Est-il normal de mettre sur un même plan des chefs entrepreneurs tels qu’Alain Dutournier, Guy Savoy, Paul Haeberlin etc. et des chefs salariés comme Ducasse ? Méritent-ils le même traitement et le même respect ?
La cérémonie est sponsorisée par Métro ? Ben voyons c’est normal puisque l’on célèbre l’excellence française. Chacun sait que l’on croise les grands chefs étoilés le matin chez Métro. Ils sont en quête de promotions sans doute ?
Cette année, on met les femmes à l’honneur. Ah bon, mais est-ce parce qu’il faut des femmes ou d’abord parce qu’elles sont d’excellents chefs ?

Une imposture française

Avec moins de 10 enquêteurs (on invoque ceux de l’international pour faire croire que les moyens sont suffisants) peut-on avoir un avis sur 6500 tables ?
C’est bien dommage que Michelin n’ait plus les moyens de soutenir son guide, car il a été bien utile à sa grande époque pour faire rayonner la cuisine française.
Ce malaise se traduit par une valse inédite de directeurs avec à chaque fois les rumeurs qui justifient leurs départs. Naegelen (qui fut le dernier grand directeur) réveille-toi, ils sont devenus fous !
Mais à l’arrivée, le juge de paix c’est le lecteur. Et ils sont de moins en moins nombreux. Elle est loin l’époque de Naegelen avec ses 800 000 exemplaires annuels !
Un guide peut être exigeant quand il fournit les clients qui vont avec. Avec moins de 25.000 exemplaires annuels, ne devrait-il pas être un peu plus modeste ?
Le Michelin de 2019 fait penser à l’armée française de 1939… C’était la meilleure du monde ! Mais, elle n’avait pas les bons chefs…

Thibault Leclerc
Co-fondateur du Guide Duchemin
Ancien président des éditions du Bottin Gourmand
Ancien président de l’Amateur de Bordeaux
Ancien conseiller stratégique en communication du marché de Rungis