Edition du dimanche 24 septembre 2017

Torturée et défenestrée : un acte antisémite !

Une femme de confession juive a été assassinée le 4 avril 2017 à Paris parce qu’elle était juive. Des intellectuels lancent un appel pour que le caractère antisémite de ce crime soit reconnu.

Marche blanche à Paris à la mémoire de Sarah Halimi

Marche blanche à Paris à la mémoire de Sarah Halimi

Les faits remontent à la nuit du 3 au 4 avril dernier. Si la presse en a peu parlé, c’est parce que nous étions alors en pleine campagne présidentielle. Mais cette nuit-là, dans le 11ème arrondissement de Paris, au numéro 30 de la rue de Vaucouleurs, une femme, Sarah Halimi, 65 ans, va être victime d’un acte ignoble.
Cette retraitée de confession juive orthodoxe va être frappée, torturée puis défenestrée par l’un de ses voisins, un jeune homme de 27 ans d’origine malienne, Kobili Traoré. Pourquoi ? Parce qu’elle était juive.

Le diable et la mort

Cette nuit-là, Kobili ne couche pas chez lui. Il est hébergé par des amis, dans un immeuble voisin. Si l’on en croit les témoignages recueillis par les enquêteurs, Kobili fume un peu de cannabis et s’endort devant un film. Soudain, il se réveille. Il est 3 h 30. Il monte au troisième étage, sonne à la porte de la famille D., des connaissances originaires du Mali, comme lui. Il est très excité. Il ferme la porte d’entrée à double tour, s’installe sur le canapé, exige que tout le monde aille se recoucher. Une fois seul, il récite le coran. Evoque le diable et la mort.
L’une des filles de la famille D. prend peur. Elle appelle la police. « Un fou est entrée dans la maison… » Il est 4 h 25. Les policiers de la BAC arrivent. Kobili n’est plus là. Il est passé par le balcon et s’est introduit chez la voisine, Sarah Halimi. Kobili frappe sa victime et la traine sur le balcon. Les voisins entendent ses cris. Kobili hurle aussi « Allah Akbar ».
Il va être 5 heures. Sarah Halimi apparaît inanimée. Les voisins l’aperçoivent, sur le balcon. Son bourreau la saisit par les poignets, pose le corps inerte sur la rambarde et pousse dans le vide en criant : « Une femme va se suicider ».
kobili regagne l’appartement de la famille D. Il est interpellé aussitôt. Sa chemise est maculée de sang.

Troubles psychiatriques

Les médecins qui examinent Kobili Traoré un peu plus tard, constatent que le jeune homme souffre de troubles psychiatriques. Il est aussitôt placé dans un établissement spécialisé et pourrait donc échapper à une sanction pénale.
S’agit-il d’un crime antisémite ? Tout porte à le croire. Le choix de la victime, les prières de son bourreau juste avant de passer à l’acte, les invocations du « diable » tout au long de cette soirée…
Depuis, les avocats de la victime mais aussi des intellectuels se mobilisent pour que le caractère antisémite de cet assassinat soit reconnu.

E.L.

Plus ici.

Lire Aussi