Bernard Cazeneuve à Matignon

Le ministre de l’Intérieur est nommé Premier ministre. Il est remplacé par Bruno Le Roux, président du groupe socialiste à l’Assemblée. 

bernard-cazeneuve
Bernard Cazeneuve devient Premier ministre (Photo credit: Valdības māja via Visual hunt / CC BY-SA)

Les choses n’ont pas traîné. Après la décision, lundi soir, de Manuel Valls de se lancer dans la course à la présidentielle et sa démission du gouvernement, ce matin, François Hollande a nommé dans la foulée un homme de confiance à Matignon.
Bernard Cazeneuve, jusqu’ici ministre de l’Intérieur, est originaire de l’Oise. Député de la Manche, maire de Cherbourg, il est nommé ministre délégué aux Affaires européennes en 2012 dans le gouvernement de Jean-Marc Ayrault. L’année suivante il devient ministre du budget à la suite de la démission de Jérôme Cahuzac. Le 2 avril 2014 Bernard Cazeneuve est nommé ministre de l’Intérieur lorsque Manuel Valls accède à Matignon. C’est à ce poste qu’il va révéler sa personnalité, monter son sang-froid et sa détermination dans la lutte contre le terrorisme islamiste qui endeuille la France à plusieurs reprises.

twitter-hollande-cazeneuve
Homme de confiance du président de la République Bernard Cazeneuve saura aussi rassembler les troupes socialistes durant les cinq mois durant lesquels il va diriger le nouveau gouvernement avant la présidentielle.

Le Roux, un fidèle

Bruno Le Roux
Bruno Le Roux devient ministre de l’Intérieur (Par Sébastien Denaja (Travail personnel) [CC BY-SA 3.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)], via Wikimedia Commons)

Bruno Le Roux, président du groupe socialiste à l’Assemblée, est nommé place Beauvau.  Originaire d’Epinay-sur-Seine, Le Roux est élu député de Seine-Saint-Denis en 1997. En 2001, il est rapporteur de la loi sur « la sécurité quotidienne » et auteur d’un ouvrage intitulé « La sécurité pour tous, une exigence de justice sociale » (Ed. Balland). Président du groupe socialiste à l’Assemblée en 2012, il défend les réformes libérales du gouvernement. Lui aussi est un proche du président dont il a toute la confiance.
Peu de changement en dehors de ces deux nominations si ce n’est une permutation entre Jean-Marie Le Guen et André Vallini. Le premier était jusqu’ici secrétaire d’Etat chargé des relations avec le Parlement, le second secrétaire d’Etat chargé du développement et à la francophonie.
Il n’y a pas d’autre modification dans ce gouvernement, chargé d’expédier les affaires courantes pendant quelques mois.

E.L.



Lire Aussi